Mercredi, 23 Mai 2018
Accueil quotidien mutations documents La zone de libre-échange continentale de l’Afrique

La zone de libre-échange continentale de l’Afrique

155
- Publicité -

Une impulsion pour la croissance et le développement
Par Mahamadou Issoufou et Vera Songwe*

Le commerce international est dans une mauvaise passe. Les récentes discussions biennales sur le commerce de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) se sont terminées sans signature d’accord, avec l’OMC appelant ses membres à « l’introspection ». Mais malgré la morosité et le découragement ambiants, l’Afrique se révèle comme l’un des terrains propices pour mener à bien des négociations régionales sur le commerce. Durant de récentes discussions sur le commerce au Niger, les gouvernements africains ont fait un pas crucial vers la création de la plus grande zone de libre-échange au monde.

Représentant un marché de 1,2 milliard d’habitants et un PIB continental combiné de 2 200 milliards de dollars, la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) de l’Afrique est un projet gigantesque. Avec une croissance économique continentale qui devrait atteindre 29 000 milliards de dollars d’ici à 2050, la ZLEC devrait représenter un marché plus vaste que l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) aujourd’hui. Ce nouvel accord arrive notamment à un moment où les autres grands projets d’alliances commerciales inter-régionales stagnent. La décision du Président Trump de se retirer de l’accord de partenariat transpacifique a renvoyé les états-membres à la table des négociations. Parallèlement, les négociateurs du Canada, des Etats-Unis et du Mexique continuent de se heurter à de nombreux obstacles dans le cadre des négociations de l’ALENA.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a cependant maintenant de l’espoir. Cet ambitieux accord commercial couvre 90 % des marchandises échangées sur le continent, les 10 % restants, qui constituent des produits sensibles ou exclus, devant être examinés et intégrés progressivement.
L’accord va toutefois plus loin que le simple commerce de marchandises. Dans le cadre de l’accord, les services doivent, eux aussi, être progressivement libéralisés. Ceci avec l’appui d’un mécanisme de lutte contre les obstacles non tarifaires prédominants en Afrique, comme les retards aux frontières et les lourdes procédures douanières et d’inspection. Lors de la prochaine phase, les négociations porteront sur la politique de concurrence, les droits de propriété intellectuelle et, éventuellement, le commerce en ligne.

Lorsque le commerce se développe, les marchés s’ouvrent et les économies commencent à se diversifier. Le commerce intra-africain est particulièrement bénéfique, puisqu’il comprend une part importante de produits à valeur ajoutée et de produits industriels comme les produits agricoles transformés, les produits manufacturés de base et les services financiers et de détail. Il diffère également des échanges que l’Afrique entretient avec le reste du monde, lesquels sont principalement basés sur les cultures de rente, les produits minéraux, les métaux et le pétrole.

La ZLEC révolutionnera les échanges commerciaux de l’Afrique. L’abandon des exportations de produits de base permettra d’assurer un commerce plus durable et plus inclusif, moins tributaire des fluctuations des cours des produits de base.
Cela sera particulièrement bénéfique pour les petites et moyennes entreprises africaines, qui représentent 90 % de tous les emplois et sont mieux positionnées pour accéder à des marchés régionaux plutôt qu’à des marchés outre-mer.
Un marché régional élargi offre également de meilleures incitations à la fois pour les investissements directs étrangers et pour les investissements transfrontaliers à l’intérieur du continent. La plupart des marchés africains sont étroits et fragmentés, mais leur intégration peut créer l’échelle nécessaire aux investissements industriels.
Additionnés, les bénéfices de l’Accord contribueront à la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable, depuis les cibles relatives au travail décent et à la croissance économique (objectif 8) jusqu’à la sécurité alimentaire (objectif 2). C’est toutefois l’objectif 1 qui revêt la plus haute importance, au même titre que la réalisation de la promesse « de ne laisser personne de côté […] en commençant par les plus défavorisés ».

On ne peut de fait que se réjouir de la conclusion des négociations relatives à la ZLEC, mais ce n’est qu’une première étape. Faire concorder l’ambition et la mise en œuvre est désormais le défi à relever, comme l’indique un nouveau rapport conjoint de la Commission économique africaine, de la Commission de l’Union africaine et de la Banque africaine de développement intitulé « Vers la création de la Zone de libre-échange continentale ».
Mettre en place la ZLEC requiert une analyse minutieuse de l’économie politique de l’intégration en Afrique. Il s’agira de s’attaquer aux groupes d’intérêts qui profitent du statu quo et de prendre des décisions difficiles sur les taxes à l’importation et l’ouverture commerciale. Le Plan d’action pour l’intensification du commerce intra-africain guidera les dirigeants dans la prise de ces décisions difficiles. Il traitera également de sujets comme la politique commerciale, la capacité de production, l’infrastructure et le financement, afin de faire face à des problèmes qui peuvent mettre fin à tout accord.
Ce qu’il faut, c’est l’engagement continu des dirigeants et la participation du secteur privé et de la société civile pour lancer une nouvelle ère d’innovation, de commerce et d’investissement menée par la population jeune et dynamique dont est doté le continent.
*Président de la République du Niger

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP