Lundi, 24 Juin 2019
Accueil quotidien mutations politique Zoétélé : Célébration de l’an 34 du Rdpc sans Mebe Ngo’o

Zoétélé : Célébration de l’an 34 du Rdpc sans Mebe Ngo’o

353
- Publicité -

Malgré l’arrestation de cette élite de Nkolfong, les militants du Dja-et-Lobo II ont réaffirmé, le 24 mars dernier, leur soutien au président national de cette formation politique.

Par Pascal Dibamou, de retour de Zoétélé

De nombreux militants ont pris d’assaut l’esplanade de la place des fêtes de Zoétélé dans le Dja-et-Lobo (région du Sud), à l’occasion du 34e anniversaire du Rassemblement démocratique du Peuple camerounais (Rdpc). En détention provisoire à la prison centrale de Kondengui pour détournements présumés de deniers publics dans le cadre de l’achat de matériels militaires du temps où il était ministre délégué en charge de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o, présentés comme l’un des principaux financiers du parti dans cet arrondissement voire dans l’ensemble du département, manquait à l’appel. Une absence qui n’est pas passée inaperçue, et qui a délié des langues. Surtout celle du président de la section Rdpc Dja-et-Lobo II, Maurice Ondoua Akono.

Ce dernier n’a pas réussi à contenir son émotion.  En de termes à peine voilés, le cadre du « parti du flambeau ardent » a fait une description sommaire du climat social à Zoétélé, depuis l’arrestation d’Edgard Alain Mebe Ngo’o. Une ambiance de calme et de suspicion.

D’ailleurs, dans les principaux lieux de rassemblement de cette ville, personne ne veut prononcer publiquement le nom de celui qui fut jusqu’à sa promotion au ministère de la Défense, le 30 juin 2009, délégué général à la Sûreté nationale (Dgsn). « Mon frère, passe ta route. Je ne vis que des 100 Fcfa issus du chargement des téléphones portables. Si on m’arrête, mes pauvres enfants vont souffrir. Quand ce monsieur était en liberté, nous étions bien », souffle un commerçant, enfilant la tenue du parti au pouvoir, pour se rendre au lieu du meeting.

A la place des fêtes de Zoétélé, chaque tente installée porte le nom de l’une des 26 sous-sections dont celle de Nkolfong, village natal d’Edgard Alain Mebe Ngo’o. Les personnes qui y sont assises, bien que vêtues aux couleurs du Rdpc, ont toutes des visages fermés. « Nous sommes fâchés, mais, nous avons tous décidé d’être présents à la célébration de cet anniversaire. Paul Biya doit savoir que nous sommes derrière lui, malgré l’arrestation de notre fils. Cependant,  nous implorons sa clémence envers notre élite, Mebe Ngo’o », lance une dame, la soixantaine sonnée.

Sous la tribune d’honneur, des mines sont refrognées. S’y trouve, entre autres personnalités, un autre ancien ministre de la Défense, Rémy Ze Meka. Arborant un chapeau de cowboy, le regard barré de lunettes noires, bad boy, tel qu’on l’appelle affectueusement, a pris place tout près du ministre de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel), Georges Elanga Obam. Il fera le mystérieux pendant une bonne partie de l’événement. Il ne quittera son siège qu’une seule fois, au moment d’offrir quelques billets de banque aux artistes musiciens prestant pour la circonstance.

Sénat

Autres personnalités aperçues et non des moindres, le président des chefs traditionnels du Dja-et-Lobo II, Jean Jacques Ndoudoumou, Calvin Zang Oyono, le président du Groupe parlementaire Rdpc au Sénat et le député Prosper Monessel, membre de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Leurs visages semblent plus épanouis.

Dans la phase des discours, le maire de Zoétélé, les présidents de l’Ofrdpc et l’Ojrdpc, vont mettre un point d’honneur à citer les « hommes du président national du parti » dans cette circonscription politique. Seul le président de la section Dja-et-Lobo I, fera des allusions, comme pour fournir la preuve que l’incarcération de Mebe Ngo’o n’a pas créé un séisme à Zoétélé. « Ce n’est pas tout parti politique qui a une étoffe de pouvoir. Au Cameroun, il n’y a que le Rdpc et il n’y aura que le Rdpc. Nous sommes aujourd’hui (24 mars dernier, Ndlr) à Zoétélé, à l’occasion de ses 34 ans d’existence, pour dire haut et fort d’abord, à Son Excellence Paul Biya et ensuite à  tout le peuple Camerounais que Zoétélé, comme un seul homme, restera toujours derrière Paul Biya », va-t-il lancer. Avant d’enfoncer le clou. « Nous sommes les disciples du Renouveau national… Ici à Zoétélé, nous ne sommes rien sans Paul Biya. Nous sommes tous des fruits de Paul Biya. Quoiqu’il arrive, nous serons toujours derrière Paul Biya, malgré les écueils… Nous irons toujours vers le Rdpc et vers le Renouveau ».  

Le mot (malgré) sera repris en chœur par une partie de la foule présente à l’esplanade de la Place des fêtes. Dans une salve de murmures, le président de la section du Dja-et-Lobo I va présenter à l’assistance le conseiller technique au Port autonome de Kribi (Pak), Joël Monefong, et remercier particulièrement le seul ministre en fonction dans l’arrondissement de Zoétélé, le Minddevel, pour les efforts consentis en vue de la réussite de la célébration de l’an 34 du Rdpc. en toute solennité, Georges Elanga Obam demandera aux responsables politiques de veiller aux inscriptions « systématiques » des militants et sympathisants du Rdpc sur les listes électorales.

 

Conscience

Ces responsables locaux doivent veiller à un encadrement de proximité en faveur des jeunes et des femmes qui souhaitent s’investir dans la politique, en prélude aux échéances électorales annoncées cette année, rappelle le ministre. « J’invite les responsables politiques à la base à faire montre d’une pédagogie volontariste, pour expliquer au cours de leur descente sur le terrain, ainsi que lors des activités d’animation de manière générale ; à approfondir les échanges sur les enjeux en cours, de manière à maintenir permanemment une conscience militante », a-t-il indiqué.

La ville de Zoétélé est actuellement en quête de plus de modernité. A cet égard, le Minddevel a indiqué qu’elle cueillera bientôt les fruits de la décentralisation. « La décentralisation a été prescrite par le chef de l’Etat, pour apporter des solutions permettant une plus grande implication des populations à la base dans la gestion de leurs affaires », a-t-il indiqué, avant de donner rendez-vous pour le meeting de remerciements au chef de l’Etat, Paul Biya, vu son maintien au gouvernement du 04 janvier dernier. Il aura lieu dans les prochains jours.

Par la force des circonstances, Georges Elanga Obam est désormais l’une des personnalités politiques les plus en vue de l’arrondissement de Zoétélé. Cette unité administrative a pratiquement été « décapitée » avec l’arrestation de Polycarpe Abah Abah, en mars 2008, la mise en réserve de la République de Remy Ze Meka en 2009, Jean-Jacques Ndoudoumou en 2013, Martin Belinga Eboutou, en mars 2018, et l’embastillement d’Edgard Alain Mebe Ngo’o, début mars 2019.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP