Dimanche, 25 Août 2019
Accueil quotidien mutations chronique Vivre avec 36000 Fcfa …

Vivre avec 36000 Fcfa …

256
- Publicité -

Je me pâme toujours d’admiration devant le vieux Grégoire Owona. Je l’ai encore vu à la télé à la veille du « vent mai » (il en souffle beaucoup au mois de mai, vous savez…) se faisant grand défenseur de l’unité nationale, puis le jour dit. Toujours vif, le vieux Gregory, comme ses pas battant le macadam du Boulevard du 20 mai devant Paul Biya. Vive le grand théâtre de boulevard ! On ne s’amuse pas avec la fête nationale dans le Rdpc…

Quelques jours plus tôt, le même Gregory, sur le plateau de télévision de la Crtv expliquait qu’on « peut vivre avec le Smig à 36 270 Fcfa. » « On vit même avec ça. », soulignait-il. Dieu sait combien de jerrycans de crachats il a reçus sur le visage après cette déclaration dont le retentissement fait encore trembler jusqu’aux limites du Cameroun. Sur les Rs, c’est de la tôle écrasée au bulldozer ! Pour rien, à mon avis car, la question est celle du Christ martyrisé devant ses bourreaux : « Si j’ai mal parlé montre-moi en quoi. Sinon pourquoi me persécutes-tu ? » D’après moi, vous avez très bien parlé monsieur le ministre du travail d’autant que vous l’avez fait es qualités comme disent les gens de l’université.

Bon sang ! C’est vous le ministre du travail ou ce n’est pas vous ? Qui mieux que vous pour savoir ce que gagne chacun de nous (buyam sellam, fonctionnaire, taximan, arracheur de dents, croque-mort, belle de nuits, etc.) à la… faim du mois après une millième coupe réglée des salaires, et ce que nous en faisons ? Qui mieux que vous pour savoir ce qu’un aconier, c’est l’appellation très élégante des « tchuk head », après une journée de manutention au port de Douala ?

Vous avez raison ! Les marchés et chantiers grouillent ! Puisque vous les voyez lorsque vous passez dans votre cylindrée rutilante. Oui, vous voyez la vie, pas la mort, à travers les fenêtres fumées et blindées ! Sous les tôles de récupération rouillées de Mokolo Elobi, Etam Bafia, Mvog-Ada et Nkol Olun, notre table est bien famélique mais notre lit est si fécond conformément à la divine prescription de remplir la terre. Et la vie continue ! Comme dans les corons de Zola. Oui, « on vit même avec 36 000 ». Et puis, la vie, chacun la vit à sa manière.

C’est vrai le mintravail a pu ou dû avoir un petit « glissement » de langage. C’est le mot à la mode après « résilience ». Tout ça, c’est du made in Popol, le créateur du Grégory. C’est de notoriété mondiale que le camerounais est pauvre et très endetté, mais faut-il le lui rappeler avec telle condescendance ? C’est vrai qu’il a demandé pardon sur Facebook, mais voyez en quels termes ! « Ceux qui n’ont pas bien compris mes explications sur le Smig et qui ont pensé que la solution est de m’insulter, je leur demande pardon. J’expliquerai mieux ultérieurement. »

Ah non, à l’heure du pardon national inspiré par le Chef de l’Etat, ou il demande pardon ou il circule ! Il n’y a plus rien à expliquer. Ce n’est pas de l’algorithme ni de l’alchimie, voyons ! Y a-t-il quelqu’un pour dire à Grégoire Owona que les épouses de ces Camerounais qui gagnent 36 000Fcfa se rendent au marché à18h pour espérer acheter des rebuts de vivres ? De la charogne d’un autre genre, quoi. Incapables de régler la facture lorsqu’ils tombent malades, ils sont faits prisonniers dans les hôpitaux publics. En attendant qu’un certain « baume Malachie » vienne les libérer…

Le mutant

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP