Vendredi, 19 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations business Travail des enfants – Les bonnes affaires des vacances

Travail des enfants – Les bonnes affaires des vacances

281
- Publicité -

Ils passent la journée à arpenter les rues de Yaoundé, le soir venu calculatrice en main, ils font les comptes.

Boris et Serge sont respectivement âgés de 12 et 13 ans. Ils résident au quartier Ekounou à Yaoundé. Chaque matin, ils se rendent au marché Central pour acheter des paquets de bonbons et de mouchoirs jetables.

Commence alors un périple dans les rues de la ville. Ces adolescents sont motivés par une seule raison. Soutenir leurs parents dans la préparation de leurs rentrées scolaires. «J’ai choisi de vendre les bonbons ces vacances pour pouvoir aider mes parents à acheter mes fournitures scolaires puisque je vais en classe supérieure», confie Boris.

A la fin de la journée, celui qui sera en classe de quatrième à la prochaine rentrée scolaire a le sourire aux lèvres. «Je peux vendre quatre paquets de bonbons par jour, j’ai au moins 300Fcfa de bénéfice par paquet. Je mène cette activité depuis le mois de juin», ajoute Boris. Il en est de même pour son frère Serge qui vend les mouchoirs jetables. «Quand j’achète un pack de dix paquets de mouchoirs à 600Fcfa et je revends, la pièce à 100f je gagne beaucoup», explique t-il le sourire aux lèvres.

Boris et Serges ne sont pas les seuls à se faire des économies grâce à leurs petits commerces. Miranda Nsi, 16ans, vendeuse de safous grillés dit également s’épanouir dans son commerce. «Pendant ces vacances, ma grande sœur et moi avons décidé de vendre les plantains avec les prunes. C’est elle qui braise, moi je suis chargé de me balader avec la marchandise ici à Mvan pour vendre», explique t-elle.

Dangers

Elle ne révèlera pas sa recette quotidienne mais avoue tout de même que la rareté et la cherté des produits qu’elle commercialise sur le marché amènent les acheteurs à ne pas rechigner sur le prix qu’elle propose. «Ce que je peux dire c’est qu’en septembre prochain, je pourrais avoir tous mes livres, cahiers, une nouvelle tenue bref tout sera nouveau», confie la future élève de la classe de troisième.

Il faut tout de même dire que tout n’est pas rose pour ces enfants commerçants dans la rue qui rencontrent de nombreuses difficultés. Ils sont parfois chassés de la rue par les agents de la communauté urbaine de Yaoundé. Aussi, ils sont pourchassés par les malfrats. «Parfois les enfants de la rue me menacent pour arracher mon argent», révèle Boris.

En rappel, un arrêté du préfet du Mfoundi interdit Le commerce des enfants dans la rue. Ces derniers ne semblent pas au fait de cette décision au vue de leur nombre qui a pratiquement doublé dans les rues en cette période de vacances scolaires s’exposant à toute sorte de dangers.

Eric Manga (Stagiaire)

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP