Dimanche, 15 Juillet 2018
Accueil quotidien mutations economie Transport de l’électricité De la tension dans l’air au Cameroun

Transport de l’électricité De la tension dans l’air au Cameroun

117
- Publicité -

Les Dg d’Eneo et de Sonatrel ont brillé par leurs divergences vendredi dernier à Yaoundé, au cours de la signature des contrats de concession.

Par Pascal Dibamou

Les protagonistes de la signature des contrats de concession de transport et gestion de l’électricité assortis de cahier de charges n’ont pas cru, jusqu’à la dernière minute, à la matérialisation de cet acte. Il a fallu des négociations pour que, finalement, le ministre de l’Eau et d’Énergie, Gaston Eloundou Essomba et le directeur général de la Société nationale de transport d’électricité (Sonatrel), Victor Mbemi Nyaknga,
puissent signer les 20 documents apprêtés à cet effet. Lesquels représentent les
contrats de transport et de gestion de l’électricité assortis de cahier de charges et le
contrat de performance en annexe de chacun. Ces contrats de concession viennent mettre fin aux activités d’Eneo dans ce secteur comme l’indique l’article 5 de ladite concession.

Les signatures ont été apposées sur ces documents vendredi dernier malgré les réserves d’Eneo. Les parties n’ont pas caché leurs divergences. Elles ont commencé la veille (jeudi 27 avril dernier jusqu’à très tard dans la nuit) au sein du groupe de travail mis en place pour la circonstance et a continué dans les couloirs de l’hôtel Hilton au vu et au su de tous. La présence du ministre de l’Eau et de l’Energie n’a
pas suffi à détendre l’atmosphère.

A la fin de la cérémonie de signature, le directeur général d’Eneo, va se soustraire à la séance de photo de famille. On va le retrouver plus tard dans une salle en pleine dis-
cussion avec son homologue de la Sonatrel. La scène se déroule alors qu’une trentaine de journalistes attendent le dossier de presse non loin de là. Les échanges entre les
deux protagonistes leur parviennent. « J’ai pris des risques, même comme tu ne m’as pas cité dans ton discours que j’ai suivi de bout en bout », lancera le Dg d’Eneo. Son vis-à-vis, le Dg de Sonatrel, se défendra tant bien que mal. Concentré sur un parapheur, on l’entendra avancer : « Il fallait me dire ».

Achoppement
Les points de désaccords portent sur plusieurs aspects. D’abord, Eneo a demandé, sans l’obtenir, que l’Etat lui donne six mois pour un transfert total des compétences à la Sonatrel, des lignes de transport et des autres éléments nécessaires pour l’exercice de ses fonctions. Il s’agit du transport et de la gestion de l’électricité. Mais on ne lui don-
nera qu’un mois, celui de mai en cours. Ensuite, l’entreprise Eneo exige que l’Etat respecte des dispositions de la concession qui les lie avant qu’elle ne signe le procès verbal de la cessation d’activités.

D’après nos informations, les services juridiques de la Sonatrel auraient demandé à la société Eneo d’aller voir avec l’Etat puisque c’est avec lui qu’elle a signé le 7 août 2015 l’avenant n°2. Celui-ci permettait aux deux parties de prendre acte de leur accord de
principe relatif aux modifications du contrat de concession.

En rappel, la société nationale de transport d’électricité (Sonatrel) démarre ses activités le 1er juin prochain. Celle-ci a été créée le 8 octobre 2015 afin d’apporter des solutions notamment au problème de déficit en énergie électrique, du réseau de transport vétuste et très surchargé, aussi bien au niveau des lignes et des postes de transformation, avec pour conséquence inévitable des délestages.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP