Jeudi, 29 Octobre 2020
Accueil quotidien mutations sante Traitement du coronavirus:l’afrothérapie

Traitement du coronavirus:l’afrothérapie

711
- Publicité -

Alors qu’une solution définitive peine à être trouvée par les laboratoires et les puissantes firmes pharmaceutiques mondiales, l’Afrique essaye de tracer sa propre voie. En témoigne les offres de traitement, parfois à base de plantes traditionnelles, observées au Cameroun, à Madagascar, au Bénin, au Gabon, etc. Ceci malgré les réticences de l’Occident.

Lutte contre le COVID-19
La trouvaille de Samuel Kléda
L’archevêque métropolitain de Douala a mis sur pied un traitement qui soulagerait les malades souffrant de cette pandémie.
Par Blaise Djouokep

Les locaux du Codas Caritas sont déserts. A travers les ouvertures du portail, hier 26 avril, un homme que l’on aperçoit à l’intérieur échange avec deux femmes venues s’enquérir des conditions pour bénéficier du traitement mis sur pied par l’archevêque métropolitain de Douala et administré par le coordonnateur du Codas Caritas, le Dr Kameni. Malheureusement, ce dernier n’est pas là. « Il ne sera là que demain lundi (aujourd’hui, Ndlr) », informe le quinquagénaire qui prend ensuite congé des visiteurs.

S’exprimant dans l’édition du 13h sur le Poste national de la Cameroon Radio Television (Crtv) le 25 avril dernier, Mgr Samuel Kléda indiquait que le traitement mis sur pied est le fruit de longues recherches sur les plantes médicinales qu’il a commencées bien avant la survenue du COVID-19. « Face au problème de coronavirus, puisque je connaissais déjà les symptômes, et sur la base de toutes les recettes que je possède, j’ai mis sur pied ce traitement que je donne à des personnes malades et qui sont soulagées », indique l’archevêque métropolitain de Douala.
Le traitement que ce passionné des plantes médicinales a mis sur pieds obéit à un certain protocole. « Celles des personnes infectées de coronavirus reçoivent le produit et après un certain stade, on leur fait à nouveau le test et c’est en ce moment qu’on peut confirmer la guérison. Ce qui m’intéresse c’est que les gens qui prennent ce produit se portent bien par la suite ».

En ce qui concerne le traitement proprement dit, « quand une personne présente les symptômes attribués au coronavirus, je leur donne un traitement uniquement à base des plantes. Et nous visons d’abord les problèmes respiratoires parce que selon des études, le coronavirus s’attaque aux poumons. Nous donnons une préparation ou décoction qui purifie et libère les poumons et les personnes se sentent bien », explique Mgr Samuel Kléda. Toutefois, le traitement de cette maladie est symptomatique. « Quand quelqu’un présente des symptômes, nous prescrivons un traitement et la personne est guérie, ou du moins, ses souffrances cessent. Maintenant, il revient aux médecins de dire si la personne est guérie. Mais, quand la personne retrouve sa santé, son appétit, pour moi, c’est le plus important », indique l’archevêque métropolitain.

Prudent, il reconnait néanmoins qu’il est encore difficile de conclure à l’effectivité d’un traitement contre le coronavirus. D’après les riverains du Codas Caritas, plusieurs dizaines de personnes y accourent chaque jour pour s’approprier cette cure. Et pour y faire face, le coordonnateur diocésain pour la santé de l’archidiocèse de Douala, le Dr Kameni, administre aux patients, le traitement préparé par l’archevêque. Un traitement donné gratuitement aux malades, apprend-on, grâce aux dons pour la charité et pour les pauvres offerts par les chrétiens.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP