Samedi, 28 Novembre 2020
Accueil quotidien mutations economie Timothée Mezom Melouta: »L’offre d’enseignement doit changer de paradigmes »

Timothée Mezom Melouta: »L’offre d’enseignement doit changer de paradigmes »

112
- Publicité -

Le promoteur de l’Ecole supérieure des techniques avancées pour le développement (Estad) propose une nouvelle vision de l’enseignement supérieur au Cameroun via le numérique.
Par Junior Ayissi
La rentrée académique est prévue ce 02 novembre à l’Ecole supérieure des techniques avancées pour le développement. Comment va se passer cette rentrée virtuelle ?
Il s’agit d’un projet de création d’un institut orienté vers le distance learning. Le nom que nous avons donné aujourd’hui c’est l’Ecole supérieure des techniques avancées pour le développement (Estad). J’ai pensé qu’il est question de faire comme les sept dragons de l’Asie, qui disaient en marketing que « dites-moi ce que vous voulez, comme vous voulez, où vous voulez, et je vous le livre ». On apprend toute sa vie. Cela veut dire que l’on ne va pas transporter des salles de classe partout, ce n’est pas possible. Ainsi, nous sommes en réalité des salles de classe vivantes, si c’est le cas, cela veut dire que l’offre d’enseignement doit changer de paradigme. Il faut que l’on commence petit à petit à comprendre que l’école est le lieu où on doit nécessairement rassembler les gens pour aller apprendre. On va me dire qu’il y a la socialisation et que l’on va régler les problèmes de ce genre-là. Mais, même les aborigènes ont une forme de socialisation. Le but est de créer des citoyens qui ont déjà la tête dans le monde entier et qui ont encore les pieds au Cameroun. Ils commencent à devenir des agents de la paix sur le plan international sans qu’ils n’effectuent le moindre déplacement. Je crois que ce sont des choses qui sont à forte valeur ajoutée. Donc ça c’est mon point de vue.

Il s’agit d’une presque virtuelle. Comment comptez-vous assurer une qualité d’enseignement sans faille aux étudiants des quatre coins du monde avec l’offre internet qui n’est pas de bonne qualité dans certains pays ?

Eviter que la technologie soit un outil d’esclavage supplémentaire pour les populations. Le rôle des technologues est de faciliter la vie aux populations, pas l’inverse. La qualité de services d’un service télécom, c’est deux choses, disponibilité dans le temps et dans l’espace. Nous allons essayer de rendre notre corps professoral et nos étudiants autonomes afin qu’ils n’aient pas de problèmes de connexion avec internet. Si vous voulez offrir un produit international, vous devez vous faire accompagner par les meilleures partenaires. Je veux vendre le Cameroun, je veux vendre l’Afrique et cela passe par une meilleure qualité internet qui passe par des Hub stables.
L’objectif principal ici est de faire en sorte que la connaissance que l’on s’est engagée à donner à l’enfant lui soit donnée en totalité. Parce que, quand vous voyez les instituts d’enseignements, de l’autre côté de la mer, ce n’est pas tant les questions d’argent mais c’est plutôt le produit final, la qualité finale, c’est cela qui fait le ranking. Mais, cette qualité du produit final là, nous aidons à faire l’Homme c’est-à-dire, la ressource première de toutes les ressources. Alors, si vous ne vous rassurez pas que cet objectif est atteint, fermez la boutique.

Parlant du Cameroun par exemple où le taux de pénétration d’internet est faible, comment comptez vous suivre les étudiants des zones reculées qui font face à certains problèmes, notamment le manque d’énergie électrique ?
Nous devons prendre des dispositions et c’est ce que je vais appeler une adaptation progressive à ce nouveau mode d’insertion d’enseignement. Nous avons créé ce que l’on appelle les « point of presence (Pop Estad) », qui sont des lieux où l’étudiant va pouvoir se retrouver avec des conditions qui sont semblables à celles du site mère. Quand on dit site mère, c’est un abus de langage. Parce que je peux avoir à Nguelemendouga, un ancien enseignant retraité de rang magistral, d’une capacité incroyable et il va donner son cours à partir de Nguelemendouga et le partager avec toute la communauté internationale qui va suivre le cours d’Estad. Vous voyez donc que de ce point de vue, un pop est symétrique par rapport au site principal. Le pop est la symétrie c’est-à-dire en termes de fonctionnalité, c’est la symétrie du site. l’Estad est certes une école virtuelle mais qui est ancrée, dont l’incarnation a eu lieu à Yaoundé, capitale d’un pays qui s’appelle le Cameroun. C’est une école universelle et je crois qu’il y’a beaucoup de potentialités encore inexploitées. Vous les journalistes vous y trouvez certainement beaucoup de vertus.
Je crois que les technologues que nous sommes, nous devons éviter de faire en sorte que la technologie soit un outil d’esclavage pour les populations. Le rôle du technologue c’est de faciliter la vie aux usagers pas l’inverse. Aujourd’hui, vous avez tendance à faire que l’homme devienne esclave de sa propre création. Ce que nous allons essayer de faire, c’est que nos étudiants et notre corps professoral soient autonomes et n’aient pas de problème de connexion avec internet.

Allez-vous travailler avec des partenaires de téléphonie mobile ?

Oui. Toutefois, si vous offrez un produit international, vous devez tout faire pour avoir un standard international aussi ; nous allons nous y employer. J’attire tout de même votre attention sur la fait que, Estad est bien incarné au Cameroun, crée par des Camerounais, mais c’est une école qui a vocation à être universelle.

Qu’en-est-il du matériel d’utilisation ?

Les opérateurs de téléphonie ne doivent pas avoir seulement une logique commerciale, spécialement pour ce qui concerne l’école. Nous tous avions bénéficié des bienfaits de l’école ; alors n’avons-nous pas une dette envers l’école ? Mon vœu est d’avoir déjà des étudiants venant des différents pays de la sous-région (Gabon, République Centrafricaine, Guinée Equatoriale etc.) Je veux vendre l’Afrique, je veux vendre l’Afrique à partir du Cameroun. Donc cela va coûter cher, mais la question est de savoir ce que l’on veut. Former l’homme n’est pas une question d’argent. J’ai reçu gratuitement et je vais aussi donner gratuitement.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP