Jeudi, 16 Août 2018
Accueil quotidien mutations culture Marie Love Ondoua : Chronique d’une aventure mémorable

Marie Love Ondoua : Chronique d’une aventure mémorable

1350
- Publicité -

 

La finaliste camerounaise de « The voice Afrique francophone » prépare actuellement son premier single. 

Par Aïcha Nsangou

« C’est comme un accouchement, ça ne se raconte pas, ça se vit ». Voilà la réponse de Marie Love Ondoua quand on évoque avec elle sa participation à l’émission « The voice Afrique francophone » dont la finale a eu lieu le 04 février dernier. Avec un peu d’insistance, la jeune dame de 29 ans se résout à livrer quelques détails de cette belle aventure. D’abord, la phase des auditions à l’aveugle. Long moment de stress, puis de doute. « Les deux coaches qui se sont retournés l’ont fait vraiment tard. Je n’espérais plus. A un moment, j’ai même arrêté de regarder les sièges. Je continuais de chanter et puis, une lumière blanche est apparue. C’était Charlotte qui se retournait, et quelques secondes après, Singuila », raconte-t-elle. Pour le choix du coach, celle qui dit avoir grandi en écoutant du Singuila choisira finalement Charlotte Dipanda. « Peut-être parce que c’est elle qui s’est retournée la première ou par instinct, je ne saurais l’expliquer», confie la finaliste.

Avec Charlotte Dipanda qui est aujourd’hui comme « une grande sœur » pour elle, Marie Love Ondoua va réussir à se hisser jusqu’en finale. « A tous les jeunes qui veulent faire de la musique, The voice est une expérience à vivre. J’ai rencontré des personnes extraordinaires qui me vouent aujourd’hui un respect, une admiration que je n’espérais pas », témoigne cette titulaire d’un master II en droit public, obtenu à l’université de Yaoundé II-Soa en 2015. Si avant l’aventure The voice Marie Love Ondoua avait une autre vie à côté de la musique, aujourd’hui, elle consacre tout son temps à cette passion née il y a une dizaine d’années. « Je prépare un single. Bien sûr, on a la pression, on craint la façon dont il sera accueilli et du coup, on met plus de temps à travailler pour ne pas décevoir les fans », explique l’originaire du département de Nkol-Metet, dans la région du Centre.

En parlant de déception justement, en plus des fans, Marie Love craint également de décevoir son père, lui qui espère tant l’appeler « Docteur » un jour. Mais elle sait que la consolation de son géniteur, finalement convaincu par ses prestations à « The voice », viendra du succès que pourrait connaitre son single. Du reste,  les relations avec les autres finalistes, notamment sa compatriote Veruschka, sont au beau fixe. « Veruschka était déjà connue des médias, du public. Elle a participé à ‘Stars de demain’, où moi je n’ai fais qu’un bref passage. Donc, c’est normal qu’elle soit plus en vue que moi », précise celle qui a fait ses classes d’abord dans la chorale, puis dans les cabarets au Cameroun, mais aussi en Chine.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP