Vendredi, 19 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations lifestyle Tcs – Mendo Ze et Abah Abah devant la barre

Tcs – Mendo Ze et Abah Abah devant la barre

362
- Publicité -

Les deux anciens directeurs ont fait face hier, aux premiers témoins de l’accusation, dans l’affaire de détournement de deniers publics.

L’audition des témoins a débuté hier mercredi 13 juillet au Tribunal criminel spécial (Tcs), dans l’affaire de frais d’assiette et de recouvrement, impliquant le ministère des finances (Minfi) et la Cameroon radio television (Crtv). Gervais Mendo Ze, l’ancien directeur général de la Crtv est poursuivi par le ministère public, dans le cadre de l’affaire d’’undétournement présumé de 25,87 millions de Fcfa, en coaction avec Polycarpe Abah Abah, directeur général des impôts à l’époque des faits.

Le premier témoin de l’accusation est passé devant la barre hier. Pendant plus de quatre heures d’horloge, il a été « cuisiné » par le collège d’avocats des coaccusés. De temps en temps hésitant à répondre aux questions de la défense, le témoin de l’accusation a dû plusieurs fois se perdre dans son abondante documentation. La défense a cherché à savoir qui a recouvré les fonds à partir des quels le directeur général de la Crtv, a procédé à la rétrocession aux impôts. La défense a aussi voulu savoir si le protocole d’accord adressé au directeur général de la Crtv prévoyait la retenue de 10%. Des questions auxquelles le témoin est souvent resté très dubitatif. L’un des avocats de la défense a affirmé par la suite que, les fonds payés par les entreprises relevant de la Direction générale des impôts (Dgi) n’ont pas été virés à la Crtv par la direction des impôts.

Dans son mémoire de défense, Gervais Mendo Ze affirme pourtant qu’un protocole d’accord entre la Crtv et la Dgi prévoyait le virement des frais d’assiette d’un pourcentage de 10% sur un compte ouvert à la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec) de Yaoundé. A en croire l’ex-directeur de la Crtv, la Dgi n’a jamais transmis ce numéro de compte. Elle aurait plutôt collecté le produit de la redevance audiovisuelle et opéré des paiements au profit de la structure dont il avait la charge, à hauteur de plus de 3,96 milliards de Fcfa, du 29 janvier 2002 au 30 novembre 2003 à partir de la Bicec. Il est entre autres reproché à l’ancien directeur général de la Crtv d’avoir effectué des dépenses non prévus de 38,59 millions de Fcfa pour des travaux d’aménagement de son bureau au ministère de la communication (Mincom) et s’être octroyé des primes d’une valeur de 15,26 millions de Fcfa au titre de prime de représentation.

Jean Daniel Obama

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP