Dimanche, 9 December 2018
Accueil quotidien mutations economie Supermarchés:les produits locaux en quête de visibilité

Supermarchés:les produits locaux en quête de visibilité

207
- Publicité -

Depuis quelques années, des supermarchés excellant notamment dans la vente des denrées alimentaires s’implantent de plus en plus au Cameroun. Avant la percée des grandes surfaces tenues par des occidentaux ces deux dernières années, les rayons appartenant aux Camerounais les ont précédés, sans donner du relief aux denrées alimentaires locales dont la valorisation était de nature à booster quelques indicateurs de l’économie nationale.
Dossier coordonné par Michel Ferdinand

Investissement
Le boom des supermarchés
Dans ces grandes surfaces, les denrées locales essayent de se trouver une place face à la concurrence des produits venus notamment d’Europe.
Par Blaise Djouokep
Le 05 décembre 2017, le supermarché Carrefour Market s’installe au Cameroun. L’implantation du premier supermarché du groupe Carrefour, le plus récent dans la capitale économique, a coûté 7 milliards Fcfa. Son avènement est précédé deux années plus tôt, le 30 juin 2015, par l’inauguration de Super U, encore appelé Kadji Square. Avant l’arrivée de ces deux supermarchés qui mettent un accent particulier sur les denrées alimentaires, de nombreux autres, tout aussi tenus par des étrangers ont existé : Mahima, Casino, etc. Les deux nouveaux géants opèrent ainsi dans un secteur d’activité déjà investi par de nombreux opérateurs économiques camerounais. Dans ce registre, l’on peut citer Dovv, Santa Lucia, Bel Achat, Kdo, Eco Prix, Eco Marché et autres.
Les objectifs prescrits aux responsables de ces grandes surfaces par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana sont connus. En invitant les Camerounais à consommer ce qu’ils produisent, le Mincommerce souhaite en même temps que « le manioc de Ngoulémakong, le plantain de Njombé, l’igname de Mbé, la viande de bœuf de Ngaoundal, le poisson de Youpwé, les crevettes de Kribi trouvent leur juste place dans les rayons au même titre que les produits manufacturés issus de l’importation », précisait-il au cours de la cérémonie d’inauguration de Super U. Et sur les rayons de ces grandes surfaces, de nombreuses variétés de produits locaux sont visibles. L’on en compte par centaines. A l’inverse, des supermarchés appartenant aux nationaux n’y accordent pas un grand intérêt.
Marché porteur
La nouvelle donne peut alors faire renaître un certain espoir. Car, dans un rapport de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (Acdic) rendu public en mai 2017, les signataires mettent en avant le niveau de présence des produits locaux transformés dans les rayons des supermarchés au Cameroun. Super U en compte 51 sur les 193 référencés. Ce qui représente plus de 36% des produits vendus, loin devant les supermarchés promus par des Camerounais, qui occupent la dernière place au classement avec 9,7% des produits locaux sur les rayons.
Selon les mêmes signataires, dont l’agronome Bernard Njonga, il convient de porter cette proportion à plus de 50%, pour le grand bonheur des producteurs et contribuables locaux. Surtout que dans une interview accordée à l’hebdomadaire « Jeune Afrique », l’inspecteur général chargé des magasins chez Santa Lucia, Michel Kamgaing, indiquait déjà que « le potentiel exploité de ce marché se situe autour de 30%. Les Camerounais commencent à peine à acquérir la culture du supermarché ». Cependant, des responsables de grandes surfaces camerounaises n’ont pas souhaité s’exprimer sur les raisons du faible taux de ces produits sur leurs rayons. Reste que des analystes pensent qu’il s’agit d’un marché porteur pour les producteurs locaux au regard des chantiers prévus dans ce domaine.
Le géant français Carrefour, par exemple, entend construire six centres commerciaux à Douala et Yaoundé à l’horizon 2020 pour un investissement de 80 milliards Fcfa. Plus ambitieux, le Fonds d’investissement britannique a annoncé le 12 février 2018, le lancement des travaux de construction du « Douala Grand Mall & business Park », le « premier centre commercial et de loisirs régional » au Cameroun. Ce centre sera érigé sur une superficie de 18 000 m2, pour un coût total de 80 milliards Fcfa. Un projet qui, à en croire son promoteur et responsable de Craft Development, Mathurin Jidjouc Kamdem, va générer plus de 45 000 emplois pendant les phases de construction et d’opération

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP