Jeudi, 20 Septembre 2018
Accueil quotidien mutations politique Sud:un bilan mi-figue, mi-raisin

Sud:un bilan mi-figue, mi-raisin

173
- Publicité -

Les exécutifs communaux accusent les sénateurs de n’avoir pas compris les enjeux de leur mandat.
Par Guy Roger Mvondo et Lazare Kingue
Les exécutifs communaux de la région du Sud sont déçus par les résultats de leurs représentants à la Chambre haute du Parlement. « Je crois pouvoir dire personnellement qu’en cinq ans, je n’ai vu aucune action d’un sénateur de la Mvila. Qu’elle soit intéressée ou non. Comme ils n’ont pas été choisis par les conseillers municipaux, ils n’avaient aucune obligation de résultat. C’est pour cela qu’ils n’ont pas de bilan », déclare un conseiller ayant requis l’anonymat.

Avec la disparition en cours de mandat de la sénatrice Delphine Medjo, le sénateur Raymond Mbita ne s’est pas particulièrement illustré, à en croire des élus locaux. « Le sénateur Mbita a voulu tromper l’opinion en faisant louer sa niveleuse au Minhdu (ministère de l’Habitat et du Développement urbain, Ndlr) pour la réhabilitation d’un certain nombre de ruelles dans la ville. Ce projet financé par le Minepat (ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Ndlr) était inscrit dans les préparatifs des dixiades », explique un autre conseiller. Par ailleurs, aucun compte-rendu parlementaire enregistré en cinq ans.

Le compteur des actions des sénateurs ne marque qu’une réunion avec les maires en début de mandat. « On les attendait dans la recherche des financements pour les communes et la défense des intérêts des municipalités au Parlement, notamment en ce qui concerne le statut du personnel communal », regrette le maire d’Ambam, Hyacinthe Mba Mbo. Pour le maire de Sangmelima, André Noel Essian, « l’évaluation du travail des sénateurs est sans objet dès lors qu’ils sont investis par le comité central du Rdpc. C’est là-bas qu’ils présentent leur bilan », confirme-t-il.

Dans le département de l’Océan, le 2ème adjoint au maire de la commune de Niété, Raphaël Tam Katta, se dit prêt à redonner sa voix au sénateur Grégoire Mba Mba. « Il a ses défauts comme tout le monde. Pour parvenir à ses fins, il utilise des méthodes qui sont les siennes et que beaucoup déplorent. Mais globalement, je suis satisfait de son action. On l’a senti sur le terrain à Niété. On a vu comment il a initié des actions pour la jeunesse et le genre ». Marty Mebalo, conseiller municipal à la commune de Lokoundje ajoute : « Les activités menées durant son mandat sont assez élogieuses dans [notre] arrondissement. Il a fait développer des activités créatrices d’emploi et génératrices de revenus. Il a fait pression sur les magistrats municipaux, afin que ceux-ci fassent preuve de dynamisme. Je ne soutiens pas l’homme mais les œuvres ».

Un satisfécit que ne partage pas Jean Daniel Ango. Le président départemental de la commission de passation des marchés publics et conseiller municipal à la commune de Campo pense que « le sénateur n’a rien fait de concret parce que lui-même cerne très peu ses missions réelles. Il ne s’agit pas de donner des petites sommes d’argent aux femmes, mais de penser le développement en assurant une bonne coordination pour booster le développement communal. En cinq ans, je ne connais aucune action sociale ou économique concrète posée par lui, et qui mériterait des applaudissements ».

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP