Lundi, 18 Juin 2018
Accueil quotidien mutations politique Sud-Ouest: à la recherche du « minimum syndical »

Sud-Ouest: à la recherche du « minimum syndical »

81
- Publicité -

Les conseillers municipaux de cette région soutiennent n’avoir presque pas vu les réalisations de leurs représentants.
Par Blaise Djouokep
Le bilan de la première mandature des sénateurs du Sud-Ouest a été mal perçu par les maires et conseillers municipaux de cette région. Un bilan jugé nul par des maires. « Ils n’ont vraiment rien fait. Ils ne pensent qu’à eux et à leur famille. Ils n’ont rien fait pour la ville de Limbe. On ne les a pas vus pendant toute la durée de leur mandat », relève Molindo A. Duncan, maire Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais) de Limbe II. « Et maintenant que le corps électoral a été convoqué, ils vont demander qu’on leur accorde à nouveau nos voix. Si on refuse, on va dire qu’on ne respecte pas la discipline du parti. Mais, il sera difficile de les voter encore cette année », confie sous anonymat, un conseiller municipal de Limbe II.

A Buea, dans la capitale de la région du Sud-Ouest, les récriminations sont identiques. « Je n’ai jamais ressenti les œuvres des sénateurs dans ma municipalité », résume Patrick Ekema, maire Rdpc de Buea. « J’ai été invité une fois, poursuit-il, par le sénateur Musonge qui remettait des équipements médicaux. C’était au début de l’année 2015 ». C’est le même sénateur qui a également offert des brouettes et des pelles aux agriculteurs de la région. Il conclut : « Je n’ai jamais entendu parler des autres sénateurs. Je ne sais pas s’ils existent ». Sans plus.

A Tiko, le maire SDF (Social Democratic Front), Daniel Mokundu, est formel. « Ils disent qu’ils ont donné quatre portes-tout et quatre pulvérisateurs. C’était en 2016 », tranche-t-il. Ce qui revient à un porte-tout et un pulvérisateur par an, pendant 4 ans. Une action jugée insatisfaisante pour ce magistrat municipal d’après qui, « ce n’est pas suffisant. Mais ces sénateurs sont du Rdpc et ils sont majoritaires. Il est difficile qu’ils ne soient pas réélus ; à moins que les conseillers municipaux décident d’être réalistes », analyse-t-il.

Du côté des sénateurs, c’est le silence radio. Joint au téléphone, six des dix sénateurs que compte la région du Sud-Ouest sont peu diserts. « Ne vous gênez pas pour moi. Appelez quelqu’un d’autre », réagit par exemple le sénateur Daniel Matute du Rdpc. Pour sa part, le sénateur Otte Andrew Moffa se montre évasif. « Je ne peux pas vous parler au téléphone. Mes réalisations sont nombreuses. Mais, nous sommes actuellement en train de composer nos dossiers de candidature pour les prochaines sénatoriales », argue ce sénateur Rdpc qui, malgré l’insistance du journaliste, n’a pu présenter la moindre réalisation en cinq ans.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP