Samedi, 28 Novembre 2020
Accueil quotidien mutations politique Social Democratic Front:Nous ne devons pas céder en tant que peuple

Social Democratic Front:Nous ne devons pas céder en tant que peuple

86
- Publicité -

L’intégralité du communiqué du parti de la balance à la suite du carnage de Kumba.

Le Front Social-Démocrate (SDF) est dévasté par le carnage perpétré aujourd’hui sur des jeunes enfants dans une école à Kumba. D’innocents élèves en quête de savoir, tués et mutilés pendant les cours par une bande armée dont l’unique objectif est de semer la terreur. Le SDF condamne dans les termes les plus vifs cette attaque terroriste barbare contre des enfants innocents et requiert que les auteurs soient punis en conséquence. Ces terroristes sont bien connus de tous, ainsi que tous ceux qui profitent des retombées de cette sale guerre. Après quatre années blanches, des générations complètement perdues et un fardeau éducationnel qui hantera certainement les Camerounais pendant les prochaines décennies, les écoles ont montré des signes encourageants de reprise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pour cette année académique. Aujourd’hui ces maraudeurs tentent en vain d’hypothéquer l’avenir du pays en perpétrant des actes aussi inhumains. Nous ne devons pas céder en tant que peuple.

Leur acte ce jour tout comme plusieurs autres par le passé ont continuellement fait des civils innocents leur cible. Par leurs actions malavisées et leurs discours, ils continuent d’essayer de détruire les mérites du problème anglophone pour lequel nous cherchons activement des solutions durables. Le SDF n’a ménagé aucun effort au cours des cinq dernières années pour mettre fin à l’escalade de la violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest déchirées par ce conflit et cela au prix d’attaques répétées contre le parti et ses responsables, y compris l’enlèvement de notre Président national à deux reprises. Dans cette bataille pour la paix, nous avons été attaqués par des groupes armés sécessionnistes, leurs agents de propagande fanatiques tapis à l’étranger de même que par le régime de Monsieur Biya. Malgré le coût de ces batailles, nous continuerons de lutter pour la justice et la paix mais aussi pour mettre fin à la marginalisation des populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par des moyens politiques constructifs, car nous le savons, nous sommes du côté de la vérité et sans justice il ne peut y avoir de paix. Le carnage inacceptable qui a eu lieu aujourd’hui à Kumba ne fait que renforcer notre conviction et notre mission.

Les écoles doivent désormais être intégralement protégées par nos Forces de Défense et de Sécurité. C’est un impératif qui doit être mis en place pour garantir le droit de nos enfants à l’éducation dans un environnement sûr et sécurisé. Ces mesures doivent également être étendues aux routes principales menant aux écoles pour ainsi en assurer la sécurité.

L’horrible attentat terroriste perpétré aujourd’hui contre nos enfants à Kumba devrait inciter le régime Biya à intensifier la recherche des voies et moyens pour mettre fin à cette guerre. À cet égard, nous appelons ce régime à :

•         Enquêter immédiatement sur cette attaque et tenir tous les auteurs et leurs divers complices à tous les niveaux pour responsables.

•         Rappeler immédiatement en consultation, nos représentants diplomatiques dans les pays coupables d’actes inamicaux en se mettant en situation de casus belli avec le Cameroun en hébergeant des sponsors connus du terrorisme et / ou en soutenant le terrorisme au Cameroun. Si aucune solution n’est trouvée, nos relations diplomatiques avec ces nations devraient être réexaminées pour protéger notre nation et une action appropriée devrait être engagée contre ces pays auprès des instances internationales appropriées. La tolérance continue du régime Biya avec ces pays devra être considérée comme une violation de notre constitution.

•         Enquêter et traduire en justice ceux qui profitent de l’économie de cette guerre et qui entretiennent de ce fait sa persistance.

•         Assurer une protection renforcée partout où les citoyens sont inévitablement vulnérables, comme dans les écoles, les marchés et les hôpitaux.

•         Engager la nation tout entière et de toute urgence et sans crainte ni honte à mettre un terme immédiat à cette guerre inutile avant que notre situation socio-économique et politique actuelle ne dégénère en une guerre civile généralisée. Le SDF estime que pour panser nos blessures et partager notre désir d’avenir en tant que nation, cela ne peut se faire que par un exercice national et inclusif de paix, de justice et de réconciliation.

•         Travailler en priorité sur la justice et à la reconstruction pour instaurer la paix et la stabilité dans ces régions et bien d’autres dans notre pays.

Face à ces attaques, nous appelons tous les Camerounais à être en alerte car nous devons défendre notre pays, nos enfants et nous-mêmes. Nous ne pouvons pas continuer à vivre dans la terreur. Un enfant tué c’est la mort de tous nos enfants.

Alors que nous pleurons nos enfants innocents lâchement tués aujourd’hui, nous prions pour les victimes blessées et spécialement pour ceux qui se battent entre la vie et la mort en ce moment ainsi que pour les nombreuses familles touchées et endeuillées.

Que les âmes de nos chers enfants reposent en paix et que l’on retienne que sans justice il ne peut y avoir de paix.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP