Vendredi, 20 Juillet 2018
Accueil quotidien mutations economie Service public de l’eau:l’Etat reprend le contrôle

Service public de l’eau:l’Etat reprend le contrôle

309
- Publicité -

Une réunion tenue le lundi 5 juin 2017 à Yaoundé a permis d’examiner les modalités de fin de contrat d’affermage avec la Camerounaise des Eaux (Cde) .

Lucien Bodo

Le robinet de la Camerounaise des Eaux (Cde) se ferme définitivement. La réunion tenue au Premier ministère, confirme la volonté de l’Etat de reprendre le contrôle du service public de l’eau. Autour de Philemon Yang, Alamine Ousmane Mey, le ministre des Finances, Basile Atangana Kouna, le ministre de l’Eau et de l’Energie et Alphonse Roger Ondoa Akoa, le directeur général de la Camwater. Dans une correspondance datée du 30 mai 2017, Ferdinand Ngoh Ngoh, ministre secrétaire général de la présidence de la République, invite Séraphin Magloire Fouda, secrétaire général des services du premier ministre à « prendre sans délais, toutes les mesures devant conduire au plan formel à la fin du contrat d’affermage avec la Camerounaise des eaux (Cde) et la reprise des activités y afférentes par la Camwater ».

En clair, la Camwater devrait reprendre en main la gestion des services jusque-là affermés. Il s’agit notamment de l’administration, du personnel, des équipements, du matériel, des archives, etc. En principe, le contrat de la Cde prend fin le 2 mai 2018. Mais dans la correspondance évoquée plus haut, Ferdinand Ngoh Ngoh relève l’urgence d’exécuter les ordres donnés au plus haut sommet de l’Etat au plus tard le 31 août prochain. Ceci permettra en effet de « respecter les délais minimum de 6 mois prévus par le contrat d’affermage actuellement en vigueur». Ce transfert de tâches devrait en principe s’accompagner d’un décret.

En 2005, l’Etat du Cameroun avait entamé des réformes face aux manquements enregistrés dans l’approvisionnement en eau potable. Le 31 décembre de cette année-là, un décret du président de la République fixait les modalités des services de l’eau potable et de l’assainissement liquide en milieu urbain et périurbain. La Société nationale des eaux du Cameroun (Snec) sera ainsi remplacée par deux entités distinctes.

l’Office national de l’eau 

D’une part, la Camwater, société publique chargée du développement et de la réhabilitation des infrastructures de l’eau potable. D’autre part, la Cde se voyait confier l’exploitation des installations afin d’assurer la distribution de l’eau potable. Créée en 2007, celle-ci est constituée d’un’groupement d’entreprises du Maroc, à savoir l’Office national de l’eau et de l’électricité (Onee), Delta Holding, Novec et Medz. Ces quatre sociétés forment l’actionnariat majoritaire de la Cde. A leurs côtés, d’autres partenaires étrangers comme la Banque mondiale et l’Association africaine de l’eau. Comme acteurs camerounais: le ministère de l’Eau et de l’Energie, la Camwater et le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam). 10 ans après, les résultats obtenus,par la Cde n’ont pas permis de résoudre le problème de pénurie d’eau.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP