Jeudi, 19 Avril 2018
Accueil quotidien mutations politique Le SDF en quête de 80 millions Fcfa pour organiser son 9ème Congrès

Le SDF en quête de 80 millions Fcfa pour organiser son 9ème Congrès

373
- Publicité -
Ni John Fru Ndi

Cette enveloppe doit permettre l’organisation de la convention du Sdf qui vient une nouvelle fois d’être reportée.

Par Ludovic Amara 

Au Social Democratic Front (SDF), la question embarrasse. Réunis samedi dernier à Soa, dans la résidence du président national Ni John Fru Ndi, les membres du National Executif Committee (NEC), le bureau politique du parti, ont décidé du report sine die du congrès. C’est le second report du genre depuis celui de février, qui annonçait cette rencontre du 28 au 30 avril prochain. La raison officielle évoquée : la crise anglophone. « Le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ne sont pas stables et nous devons faire venir tout le monde des régions », explique le Chairman Ni John Fru Ndi, au cours du point de presse qui a sanctionné les travaux du NEC. Le prochain congrès du parti est prévu pour se tenir à Bamenda, dans le Nord-Ouest. Or, la région est secouée par des revendications sociopolitiques. Sous cape, des responsables du parti ne cachent pas que le SDF n’a pas encore pu réunir les 80 millions de Fcfa nécessaires pour organiser cette grand-messe.Selon un membre de la commission générale d’organisation que préside le député Cyprian Awudu Mbaya, questeur à l’Assemblée nationale, le parti est encore en quêtede fonds. Et pour lever cet argent, les contributions ont été ventilées ainsi qu’il suit : 25 millions pour le parti, 36 millions de la part des parlementaires, 13 millions venant des élus locaux et 6 millions à collecter dans les régions et auprès des candidats aux primaires. L’une des causes majeures de ce retard, selon plusieurs interlocuteurs, c’est l’indisponibilité des fonds à lever auprès de la vingtaine de parlementaires SDF au Sénat et à l’Assemblée nationale. Ceux-ci ont en effet émis le souhait de préalablement rentrer en possession des fonds du parlement destinés aux microprojets, débloqués dès la session de mars pour s’acquitter de leurs contributions. Le député Cyprian Ayudu Mbaya, qui coordonne l’organisation de ce congrès, où on retrouve 19 sous-commissions, n’a pas souhaité s’exprimer sur la question, tout comme les autres responsables approchés qui rejettent l’idée de tensions de trésorerie au sein du parti et soutiennent presqu’en cœur que le renvoi est causé par le problème anglophone. Tous reconnaissent cependant que le problème de l’organisation du congrès a été débattu lors de la rencontre de samedi, sans qu’une date ait pu être arrêtée pour la tenue des assises. « Nous en discutons encore. Et je vous rappelle que nous avons tenu plus de congrès que le Rdpc », se défend le Chairman, qui ajoute, en rapport avec la crise anglophone, que : « Qu’est-ce qui est plus important ? faire en sorte que les enfants aillent à l’école ou choisir ses leaders ?». Pour l’heure, certains déclarent que le congrès est maintenu à date, fin avril, quand d’autres avancent qu’il se tiendra probablement en octobre.

 

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP