Samedi, 20 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations sante Santé – La réactualisation de la réforme hospitalière lancée

Santé – La réactualisation de la réforme hospitalière lancée

299
- Publicité -

Le personnel médical engage douze chantiers dont la motivation des prestataires et le grossissement des budgets.

En mars dernier, suites aux multiples scandales observés dans certains hôpitaux du Cameroun, le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda a recommandé un audit interne des services d’urgences et d’accueil dans les formations sanitaires. A mi-parcours de cette évaluation, les prestataires de santé mettent un accent sur douze chantiers parmi lesquels la motivation du personnel médical, l’accueil, les équipements, l’orientation des sujets et le grossissement des budgets de fonctionnement des hôpitaux. Au cours d’un atelier sur la réactualisation de la réforme hospitalière, qui s’est tenu le 12 juillet dernier à Yaoundé, les travaux des directeurs d’hôpitaux, des médecins, etc. ont ébauché des pistes de solutions aux problèmes sus évoqués. «Il faut réviser la définition de l’hôpital, ses missions et les adapter aux besoins des populations», a dit le Minsanté.

Lesdites réformes d’une durée de quatre ans (2017-2021) seront consignées dans un document considéré comme guide et repère du personnel soignant. «Les prestataires doivent avoir un guide pour mieux servir les citoyens. C’est un document stratégique de développement qui doit être mis en place», précise le Pr Magloire Biwele Sida, inspecteur général des services médicaux et paramédicaux au Minsanté. «Le guide et les recommandations faites plus haut tirent leurs origines des réalités des hôpitaux», explique ce gastroentérologue.

Des réalités, les formations sanitaires en ont. Avant l’application du plan uinquennal, certains problèmes convoqués plus haut comme les finances et les équipements seront toujours un frein au travail du corps médical. «L’année budgétaire est lancée. En plus les budgets sont maigres. Les caisses sont presque vides. Nous ne pouvons pas commander des appareils à cette période de l’année», dit un directeur d’hôpital. «Tout est planifié en début d’année. Actuellement, nous fonctionnons avec le strict minimum», ajoute un autre.

Des budgets maigres, nombreux sont des hôpitaux qui en souffrent. A Yaoundé, l’une des recommandations du Minsanté en mars dernier est un handicap pour les dirigeants des formations sanitaires. «Soigner d’abord. Les finances après», avait-il dit. «Il nous demande de soigner d’abord le malade et après réclamer l’argent sauf que ceux-ci ne payent pas les soins et causent un déficit aux recettes de l’hôpital», se plaint un prestataire de santé. «Nous espérons que les budgets alloués seront revus à la hausse», confie-t-il.

Paulette Ndong

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP