Samedi, 20 Juillet 2019
Accueil quotidien mutations environnement Salomon Nko’omintyang: « Ces motos vont réduire le braconnage et l’exploitation illégale du bois »

Salomon Nko’omintyang: « Ces motos vont réduire le braconnage et l’exploitation illégale du bois »

105
- Publicité -

Le délégué départemental des Forêts et Faune de la Mvilla dans la région du Sud revient sur la plus-value du matériel roulant remis aux chefs de postes forestiers le 20 juin.

Par Adrienne Engono Moussang

Quelle est la situation de l’exploitation forestière au Cameroun ?

Le mode d’exploitation forestière au Cameroun est renversé. Le bubinga par exemple s’exploite généralement sous forme de grumes. Or, la règlementation camerounaise dispose depuis 1994 que tout bois qui sort du pays doit être transformé. Mais, les acheteurs de bois actuellement déforment la commande et imposent à l’administration d’autoriser l’exploitation. Du coup, tout le monde se rue vers le bubinga car le marché veut les bois ronds de cette espèce. Je n’avais pas les moyens pour aller sur le terrain traquer ceux qui de jours comme de nuits coupent ce bois. L’arrivée de ces motos relève l’efficacité. Les chefs de postes seront à même d’occuper le territoire, de le connaitre et d’aller jusqu’au pied de l’arbre

Quel est votre sentiment au moment où les chefs de postes forestiers reçoivent ces motos et quelle est l’innovation de cette cérémonie ?

Je suis très content. Sur les huit postes forestiers sous ma charge, six ont reçu des motos. Et si on évalue, c’est plus de 80%. Je suis d’autant plus content qu’on m’a ajouté un poste forestier, celui de Nkolandom et le ministre y a d’ailleurs nommé un chef de poste qui a bénéficié d’une moto. Cela fait qu’en termes de capacités d’intervention sur le terrain, si je mets en place les stratégies que je développe, on peut tendre vers l’efficacité de la lutte contre l’exploitation illégale du bois. Tous les titres de la Mvilla sont pillés par tout le monde.

L’innovation cette fois-ci c’est que les concernés ont eux-mêmes reçu ce matériel roulant. Autrefois, on le remettait à la hiérarchie et le don n’atteignait pas toujours les bénéficiaires.

Quand vous parlez de tout le monde dans l’exploitation illégale du bois, il s’agit de qui ? Qui sont ceux qui posent le plus de problèmes ?

Il y a beaucoup d’acteurs aujourd’hui en ce qui concerne l’exploitation forestière. Tout le monde se croit propriétaire des forêts et s’y dirige, y compris les chefs traditionnels et les villageois qui vendent le bois pillé. Ils vendent le bubinga à 20 000 voire 40 000 Fcfa et ils en sont contents alors qu’on sait que 1m3 coûte entre un et 2 millions Fcfa. Quand l’administration forestière que je dois incarner sur le terrain a une telle information et s’approche de la source, nous sommes plutôt menacés. La moto est pratique et peut très bien suivre un camion de bois. En outillant les chefs de postes aujourd’hui, le ministre a vu juste. Cette action va ne serait-ce que réduire le braconnage et l’exploitation illégale des forêts.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP