Lundi, 19 Février 2018
Accueil quotidien mutations economie Sécurisation des revenus agricoles et ruraux:la salarisation comme solution

Sécurisation des revenus agricoles et ruraux:la salarisation comme solution

141
- Publicité -
Revenus agricoles

Une étude propose quelques politiques pour améliorer les revenus agricoles des producteurs ruraux et parvenir à une classe moyenne.

Par Lucien Bodo

Le rapport publié en mars dernier est de Cameroon Policy Analysis and Research Center (Camercap-Parc). Il apprécie d’abord à sa juste valeur les efforts du gouvernement dans la lutte contre la pauvreté qui passe par l’agriculture dite de seconde génération. L’idée est d’accroitre la production en interne et de parvenir au bout de la chaîne à une relance des cultures d’exportation.

Jusqu’ici, le Cameroun enregistre de bons résultats mais malheureusement, cette relance ne s’accompagne pas d’effets entrainants. Il s’agit notamment de l’amélioration correspondante à la situation monétaire et aux conditions de vie des populations en zones rurales. Fort de ce constat, Camercap-Parc propose deux options de politiques publiques pour sécuriser les revenus agricoles et ruraux. La première, « le modèle d’intégration bancaire », est présentée comme une opportunité pour la banque agricole et la banque des Pme, sans toutefois exclure les autres établissements financiers. Avec la terre comme garantie pour le secteur productif, la banque peut acquérir les intrants et les mettre à la disposition des producteurs agricoles. Dans ce cas, elle a un droit de regard sur tout le processus de production et de commercialisation. Ici, « les risques liés à’la production deviennent des risques liés à la performance, lesquels sont intégralement à la charge de l’agriculteur.

D’après le rapport de Camercap-Parc, ce modèle profite autant aux banques qu’aux agriculteurs. Il induit que « Les établissements’inanciers pourraient en effet voir leur clientèle augmenter de façon considérable ». Idem pour les dépôts et l’activité’bancaire en général. Du côté des producteurs, cette démarche va permettre de disposer de revenus fixes déterminés à l’avance. On tendrait de la sorte vers une meilleure planification de l’utilisation desdits revenus. Le rapport précise néanmoins que cette option parait peu réaliste si les banques, locales ou panafricaines, ne s’y engagent pas assez. La banque des Pme et à la banque agricole devraient donc s’intéresser à cette formule.

Secours

L’étude menée par Camercap-Parc propose également la salarisation des travailleurs ruraux comme solution à la sécurisation des revenus. Flexible, cette approche permet de prendre en compte, les petits producteurs sans garantie de titre foncier. Elle repose sur une démarche des « caisses’de solidarité » ou « secours » de tontine, avec une meilleure organisation. Plusieurs acteurs peuvent intervenir. Alors cela rendra possible la creation des mutuelles, d’entreprise de micro-finance de la caisse de garantie, etc. Ainsi, « Elle peut aussi être assurée par une entreprise exerçant dans le secteur en amont ou en aval de la filière ». Mais ce modèle repose entièrement sur l’engagement des responsables de la structure de gestion.

Toutefois, par son caractère participatif, elle s’appuie beaucoup sur la transparence et le consensus de tous les membres. Seul gage pour produire un résultat positif. Par ailleurs, en pensant « à une sorte d’économat en milieu rural», elle facilitera l’approvisionnement des denrées de première nécessité. Au final, grâce à la seconde option tous les acteurs ressortent gagnants . Il s’agit du ménage agricole/rural, de la structure de gestion dans le cas où elle serait une structure privée ou publique et enfin, l’Etat.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP