Mardi, 1 December 2020
Accueil quotidien mutations politique Reconstruction du NoSo: Mission impossible pour l’équipe Tasong ?

Reconstruction du NoSo: Mission impossible pour l’équipe Tasong ?

477
- Publicité -

Au-delà de l’optimisme des pouvoirs publics qui disent procéder aux derniers réglages, la situation sécuritaire des deux régions est une hypothèque sérieuse à la mise en œuvre du Plan présidentiel.   

Par Jean De Dieu Bidias

Beaucoup – et selon toute logique – suggèrent au gouvernement de n’élaborer et mettre en œuvre un plan de reconstruction ou de rétablissement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qu’après le retour effectif de la paix. Mais alors que la guerre s’enlise avec des conséquences humaines et économiques effroyables, cette approche semble ne plus accrocher du tout le président de la République qui, par ailleurs, est convaincu d’être allé au-delà ce que l’on pouvait espérer en termes de concessions sans que, de leur côté, les sécessionnistes fassent le moindre effort de paix. En mettant sur pied le Plan présidentiel pour la reconstruction et le développement du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (Pprd), courant avril, Paul Biya a cru que celui-ci, parce qu’éventuellement soutenu par la majorité de la population laminée par quatre années de guerre et qui a hâte de voir la vie reprendre son cours normal. La semaine dernière, le coordonnateur national dudit plan, Paul Tasong, qui est par ailleurs ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), a achevé une mission de présentation et d’explication du Pprd aux habitants de la région du Nord-Ouest. Depuis hier lundi, son équipe et lui se trouvent dans le Sud-Ouest, à Buea. Et si l’on s’en tient aux discours des élus, notamment des maires, le projet est favorablement accueilli sur le terrain.

Ce programme ou du moins la première phase, financée à hauteur de 90 milliards Fcfa est structuré autour de trois piliers fondamentaux : la promotion de la cohésion sociale, la réhabilitation des infrastructures sociales de base et la revitalisation de l’économie locale. Dans le détail, l’équipe Tasong devra réhabiliter 350 écoles, 115 centres de santé, 40 ponts, 400 points d’eau, 500 kilomètres de lignes électriques basse tension, 45 marchés, 12 000 maisons. Elle devra, en outre, reprofiler 600 kilomètres de routes rurales et restaurer pas moins de 25 000 hectares de plantations. Paul Tasong est convaincu, en tout cas, que ce plan charrie de nombreuses attentes. « Espoir d’avoir à nouveau une maison, espoir de reprendre la construction des routes, espoir d’un approvisionnement en eau potable et en électricité sans interruption, espoir de pouvoir renvoyer les enfants à l’école et avoir accès aux soins de santé, espoir enfin pour la relance de l’activité économique ».

Ring Road

Les sceptiques pour qui un tel chantier en contexte de guerre aurait être au moins dû être confié au Génie militaire qui a à la fois l’ingénierie et les moyens de riposter à d’éventuelles attaques pendant la réalisation des travaux, attendent de voir comment le Plan présidentiel pour la reconstruction et le développement du Nord-Ouest et du Sud-Ouest va se déployer. D’ores-et-déjà, la coordination du programme assure qu’il ne s’agit pas d’une mission impossible. Elle prévoit que la reconstruction se fasse progressivement, des zones pacifiées et sécurisées aux zones instables, « car, il n’est pas question de mettre en péril la vie des bénéficiaires et des travailleurs ou de risquer de voir à nouveau détruite l’infrastructure à reconstruire ».

Il faut relever que dans ce contexte sécuritaire défavorable, le Pprd sera réalisé concomitamment avec les travaux de la « Ring Road » du Nord-Ouest, inscrits dans phase III du Programme d’appui au secteur des transports. Avec le nouveau financement d’un montant de 106 milliards Fcfa obtenus il y a quelques de la Banque africaine de développement (Bad) par le gouvernement, ce projet devrait reprendre bientôt sur 280 kilomètres de route correspondant aux sections Kumbo-Nkambe-Misaje. Dans la deuxième phase du Pprd, il sera question pour le gouvernement de remettre à flot les sociétés industrielles localisées dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, à l’instar de la Cameroon Development Corporation (CDC) ou de Pamol Plantations, dont les pertes économiques ont été chiffrées  par le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) à plus de 800 milliards Fcfa entre 2017 et 2018.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP