Mardi, 4 Août 2020
Accueil quotidien mutations environnement Reboisement en 2019:0% du taux de réalisation

Reboisement en 2019:0% du taux de réalisation

444
- Publicité -

Sur les 200 hectares de plantations forestières à créer au cours de l’année qui vient de s’achever, aucun m3 n’a reçu aucun arbre.

Par Guy Martial Tchinda

Le ministre des Forêts et de la Faune a échangé, avec le personnel de son département ministériel, les vœux de nouvel an. C’était le 17 janvier à Yaoundé. Au cours de cette cérémonie, le secrétaire général du Minfof a pris la parole pour le traditionnel discours bilan. Allocution marquée par un constat alarmant concernant les engagements de l’Etat dans le reboisement : Aucun arbre n’a été planté en 2019.Il était pourtant prévu au cours de cette année, la création de 200 hectares de plantations forestières.

Un problème que Joseph Nnongwé, le secrétaire général du Minfof justifie par les lenteurs administratives. « Les procédures sont en cours pour le déblocage des financements de 2018 », fait-il savoir. Le Minfof, Jules Doret Ndongo va plus loin et explique que cette situation est causée par les tensions de trésorerie qu’imposent les conflits socio-politiques présents dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest, sans compter l’Extrême-Nord où la secte terroriste boko haram terrorise les populations.

Faut-il le préciser, avec cet engagement non-honoré, le pays n’avance pas beaucoup. Bien au contraire, il régresse. Car en 2018, le Minfof avait promis un financement  600 millions Fcfa, pour planter plus de 550 000 arbres dans le pays. Avec la priorité (40% des arbres) aux trois régions septentrionales (l’Adamaoua, l’Extrême-Nord et le Nord) menacées par l’avancée du désert. Les sept autres régions devaient se partager les 60% d’arbres restants. Cette campagne de 2018 était la suite logique de celles qui se sont succédées depuis 2006 et qui ont permis de mettre  quatre millions d’arbres sous terre sur 30 000 hectares, selon des informations recueillies Minifof.

Le reboisement qui fait partie de la gestion durable des forêts est important pour combattre les méfaits de la déforestation par la restauration du couvert forestier dévasté, soit pour des intérêts économiques, soit pour les besoins de développement. De manière plus large, il contribue à lutter contre les changements climatiques, à préserver la biodiversité et à la survie des populations qui en dépendent. Plusieurs communautés riveraines tirent en effet des ressources vitales, notamment de la nourriture et des médicaments des forêts.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP