Samedi, 21 Avril 2018
Accueil quotidien mutations Projection Rigobert Song porté au cinéma

Projection Rigobert Song porté au cinéma

124
- Publicité -
Rigobert Song

Le documentaire rendant hommage à l’ancien capitaine des Lions Indomptables, Rigobert Song, a été projeté en avant-première du festival Écran noir, le mardi 25 juillet dernier.
Par Mélanie Ambombo
Le titre à lui seul est évocateur. « Rigobert Song. Aux frontières de la mort ». Evocateur parce que dans cette production cinématographique dédiée à l’ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun, le mot « mort » est écrit en jaune. Une couleur qui symbolise la fête et la joie. Un véritable contraste entre le jaune et la mort qui renvoit à des champs lexiques opposés.

« Tout dépend du message que l’auteur souhaite véhiculer. Derrière cet aspect joyeux, le jaune peut parfois se révéler négatif. Il mêle parfois les contrastes » explique un anthropologue. Une explication pour comprendre d‘entrée de jeu que « Rigobert Song. Aux frontières de la mort », est un film où tristesse, désespoir, abattement, découragement, se mêlent à l’espérance, la vie et à la joie. En un mot, il s’agit d’un film plein d’émotions autour d’un miracle ou d’un miraculé.

Fils de Nkenglikok

Ce film de Léonie Bwemba Toulou, consul général honoraire de Malte à Douala est un assemblage d’images retraçant la vie de ce fils de Nkenglikok, dans le Nyong et Kelle. Un département de la Région du Centre du Cameroun. Le documentaire retrace aussi les faits tels que vécus, de la maladie au rétablissement, jusqu’au retour au pays de cette star du ballon rond. Des images bien sobres et épurées qui évitent de présenter Rigo dans son lit de malade.

Dans ce film dédié au « capitaine courage », on y retrouve aussi un assemblage de témoignages des proches et amis de cet homme qui a côtoyé la mort. Des témoignages poignants qui arrachent quelques larmes aux spectateurs. L’émotion est à son comble lorsque la caméra s’arrête devant une mère qui fond en larmes et un Rigobert Song qui essuie des larmes au culte œcuménique dit en sa faveur.

L’histoire contée dans ce documentaire commence le 1er octobre 2016. L’ancien joueur de football est victime d’une attaque cardiaque. « Ce jour-là, tout allait bien. Je m’apprêtais à aller à Bafoussam assister à un match de championnat. En attendant que la personne avec qui je devais effectuer mon voyage arrive, je décide de m’allonger sur le canapé.

Soudain, couché sur le côté, je commence à saigner de la bouche et au nez. C’est tout ce qui me revient comme souvenir », raconte le double champion d’Afrique (2000 et 2002) dans ce film. Conduit au Centre des urgences de Yaoundé (Cury), il sera quelques jours plus tard, évacué en France à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière de Paris. Les médecins parlent d’une hémorragie cérébrale précédée de trois ruptures d’anévrisme. Dans cet état critique où les médecins ne croient pas à un rétablissement sauf en cas de miracle, « Magnan », passe cinq semaines dans le coma.

Ce sont donc 52 minutes qui racontent le miracle qui ramène à la vie celui qui a arrêté sa carrière en août 2010. Reconverti en consultant pour certaines chaines de télévision, Team Manager de l’équipe nationale de football, Rigo est également entraîneur sélectionneur de l’équipe nationale A’.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP