Samedi, 20 Juillet 2019
Accueil quotidien mutations societe Primes présidentielles: les dessous de la marche de remerciements

Primes présidentielles: les dessous de la marche de remerciements

714
- Publicité -

Bien  que  joyeux  en  apparence,  des  personnels  de  santé  ont  confié  mardi le 21 mars 2017 d’avoir  été  contraints  de  remercier  le  chef  de  l’Etat.

Par Paulette Ndong

Si on s’en tient  à  l’ambiance  qui  régnait  le 21 mars  dans l’enceinte  de  l’Hôpital  central  de  Yaoundé,  on  pourrait  penser  que  le  personnel  médical  et  paramédical  y  était  de  gaieté  de  cœur.  Venu  nombreux  (1500)  pour remercier  le  président  de  la  République  suite  à  l’octroi  des primes  de  santé  publique,  d’astreinte  et  de  technicité,  ce personnel  a  rallié  l’esplanade  du  ministère  de  la  Santé  au rythme  des  chants,  applaudissements  et  youyous.  Un  seul objectif  :  témoigner  leur  reconnaissance  pour  les  primes octroyées  le  06  mars dernier.  Dans  cette  ambiance visiblement  festive,  certains  participants  n’approuvent  pas  l’initiative.  «Nous  ne  devons  pas  marcher  pour  cette  attention. C’est  un  dû.  Nous  travaillons  pour  être  payés.  Ce  n’est  pas une  faveur  de  la  part  du  président»,  confie  Dr  Georges  T. Comme lui,  nombreux  de  ses  pairs  sont  là  contre  leur  gré. «Nous  sommes  en  début  de  carrière.  Nous  avons  peur  des sanctions.  Certains  directeurs  d’hôpitaux  comme  celui  de l’hôpital  de  la  Cité-verte  par  exemple  a  clairement  dit  que  la présence  de  tout  le  personnel  est  obligatoire»,  se  désole  un généraliste.  A  l’esplanade    du  Minsanté,  la  démarche  adoptée  laisse  croire  que  la  participation  à  cette  marche  est  une injonction.  Sur  le  site,  des  fiches  de  présence  circulent. C’est  tout  le  personnel  qui  cherche  son  «  point  focal».  Les hommes  en blouses  blanches  se  bousculent,  se  piétinent. «Ça  va  donner  l’argent  ?»,  se  demande  une  dame.  «J’espère que  cette  fois-ci,  ça  va  payer,  ma  copine  !»,  ironise  une autre.

Mais,  l’épisode  des  inscriptions  est  très  vite  interrompu  par l’arrivée  du  patron  des  lieux,  qui,  après  le  discours  du  Pr Fouda,  directeur  de  l’Hôpital  central,  prend  la  parole  tout sourire.  Les  banderoles  et  les  plaques  sont  à  l’honneur. Chaque formation sanitaire  veut  être  au  devant de la scène. «C’est  une  grande  victoire.  Le  merci  est  mérité.  Vous  avez été  récompensés»,  déclare  André  Mama  Fouda.  «C’est  une récupération  politique.  Lorsqu’on  veut  manifester,  ses  directeurs  et  lui  sont  les  premiers  à  nous  en  empêcher.  Maintenant,  ils  ravissent  la  vedettes  aux  syndicalistes», murmure-t-on entre  deux phrases du discours du Minsanté. «Vous  nous  demandez  de  remercier  les  primes.  On  espère qu’on  les  verra  cette  fin  du  mois»,  rouspète-t-on    dans  la foule.  «Pareil  pour  ces  éternels  avancements  qui  ne  bougent vraiment  pas»,  lâche  une  infirmière.  La  fin  du  discours  est néanmoins  suivie  des  ovations  du  personnel. Pour  mémoire,  les  primes  de  technicité,  de  santé  publique et  d’astreinte  sont  des  allocations  déjà  accordées  aux  fonctionnaires  du  secteur  de  la  Santé  publique.  Les  agents  de l’Etat  et  les  contractuels  n’en  bénéficiaient  pas  encore. Selon  un syndicaliste,  le  personnel  de  santé,  en  dehors  des activités  curatives,  offrent  aussi  des  services  de  prévention (santé  publique),  participent  aux  gardes  (astreinte)  et  jouissent  d’une  certaine  expertise  (technicité).  «Cette    reconnaissance  est  un début de solution  à leurs  revendications  qui étaient  au  nombre  de  seize»,  pense-t-il.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP