Mardi, 23 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations economie Pénétrante Est de Douala: Embouteillages aux points giratoires

Pénétrante Est de Douala: Embouteillages aux points giratoires

160
- Publicité -

Il n’y a qu’à ce niveau qu’on observe encore des bouchons depuis la fin de la première phase des travaux sur cette route de six voies.

Par Blaise Djouokep

De part et d’autre du rond-point dénommé « Entrée billes » à Douala, une file de véhicules avance à vitesse réduite. Au second jour de la rentrée scolaire, le 04 septembre dernier vers 8h30, le bouchon qui s’étend sur une cinquantaine de mètres ne permet pas d’aller assez vite d’un bout à l’autre du giratoire. Et quand on parvient à sortir de cet engrenage, la patience s’impose non loin, au niveau du prochain giratoire.  Les usagers finissent même par être irrités, lorsque les embouteillages se forment aussi au carrefour Nelson Mandela, au marché Ndogpassi et à « Borne 10 ».

Une situation assez bouleversante pour un axe routier nouvellement refait et agrandi. Mais en fait, « ce n’est qu’au niveau de ces ronds-points qu’il y a des embouteillages, parce qu’ils sont énormes et réduisent la chaussée. Les véhicules qui arrivent de partout marquent un temps d’arrêt et s’agglutinent à ces différents ronds-points, ce qui crée l’embouteillage. Et c’est généralement aux heures de pointe », explique un riverain. Il en est ainsi toutes les semaines, d’après des usagers. Ces derniers renseignent qu’il arrive souvent que des camions se renversent alors que les chauffeurs tentent de contourner ces giratoires, notamment à l’« Entrée billes ». Toute chose qui contribue à réduire la chaussée. La « largeur excessive » du giratoire est mise cause. « C’est elle qui occasionne des accidents de la circulation », tente d’expliquer un habitué de cette route. « C’est aussi tout cela qui cause les embouteillages », ajoute-t-il.

« Il y a des moment où les embouteillages s’étendent sur des centaines de mètres.  Et on met parfois près d’une heure à parcourir une distance qu’on fait habituellement en 20 minutes », s’insurge un chauffeur de taxi qui indique qu’en temps normal, il met moins de 20 minutes pour parcourir l’axe « Marché des fleurs », d’où sont partis les travaux de construction de la pénétrante Est à « Borne 10 », point de chute du premier tronçon. Passé ces giratoires, il devient aisé de circuler sur ce macadam dont les démolitions des maisons pour le lancement des travaux ont commencé en mai 2014.

Les riverains pensent qu’il faudrait trouver une solution à ces bouchons et formulent diverses propositions à cet effet. « Soit on réduit la superficie de ces giratoires, soit on fait un passage au milieu de ces mêmes giratoires pour les véhicules qui viennent sur la voie du milieu », propose un chauffeur de taxi pour améliorer la fluidité sur cette route. Cela dit, l’ouverture de cet axe après les travaux exécutés par l’entreprise Razel, a permis la naissance de commerces et d’entreprises le long des 19,3 kilomètres qui constitue le trajet. Une aubaine pour des populations appelées à préserver cette infrastructure.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP