Lundi, 19 Février 2018
Accueil quotidien mutations societe Paul Ayah Abine reste  en prison

Paul Ayah Abine reste  en prison

204
- Publicité -

Le  président  du  Tgi  du  Mfoundi  a  rejeté  le 21 mars 2017 la  requête  en  habeas  corpus  introduite  par  les avocats Paul Ayah Abine. 

Par Eddy Armand Matchouako

«Le juge a rejeté notre habeas corpus.  Il  estime  qu’il  n’y  a  pas  eu  violation  des  droits  de  notre  client. Or,  les  arguments  contenus  dans  le  dossier de procédure que nous avons monté le montrent  clairement.  Ses  droits  ont    été  violés lors  de  son  arrestation  devant  sa  famille.  Il a  été amené au Sed où il est gardé à vue. Au Cameroun,  la    garde  à  vue  est  de    48h.  Or, Paul  Ayah  est  détenu  depuis  le  mois  de janvier»,  déplore  Christopher  Ndong,  un  des  avocats  du  détenu.  Lequel  révèle   que  le  cas  de  son  client  est  un  «procès politique».  Pourtant,  à  la  veille  de  son  audience  il  y  a  deux jours,  ce  membre  du  collège  des  avocats  du  prévenu  se montrait  plutôt  confiant  quant  à  un  éventuel  verdict  au cours  duquel  leur  client  aurait  pu  recouvrer  la  liberté.  «Le juge  a  mis  cette  affaire  en  délibéré.  Nous  verrons  s’il  a  déjà rédigé  sa  décision.  Un  rabattement  du  délibéré  peut  avoir lieu    si  un  fait  important  l’y  oblige.  Mais  pour  le  moment,  rien dans  ce  sens  ne  l’indique»,  rassurait-il.  Cependant,  en  lieu et  place  du  délibéré  attendu,  le  président  du  tribunal  de grande  instance  (Tgi)  centre  administratif  du  Mfoundi,  qui a  reçu  à  huis  clos  les  deux  parties  pour  une  seconde  audience,  a  rejeté  les  principaux  arguments contenus  dans  la  requête  d’habeas    corpus  (libération  immédiate)  introduite  par les  avocats  de  la  défense. Outre  les  violations  des  droits  du  détenu dénoncées  au  cours  de  l’interpellation  du mis  en  cause,  le  conseil  de  la  défense évoque entre  autres  irrégularités,  la  violation    du  privilège  de  juridiction,  qui  dispose  dans  son  article  629  alinéa  1  et  2  du  Code  de procédure  pénal  que  :  «Lorsqu’un  magistrat  de  l’ordre  est susceptible  d’être  inculpé  d’une  infraction,  le  procureur  général  compétent  présente  une  requête  au  président  de  la Cour  suprême  qui  désigne  un  magistrat  chargé  d’instruire l’affaire  et  trois  autres,  d’un  grade  au  moins  égal  à  celui  du mis  en  cause,  en  vue  du  jugement  éventuel  de  l’affaire  en premier  ressort».  Droit  qui,  selon  les  avocats  de  la  défense, ont  également  été  violés.  «Nous  allons  faire  appel  de  cette ordonnance  qui  vient  d’être  rendue»,  renseigne  Christopher Ndong.  Interpellé  au  mois  de  janvier  dernier  dans  le  cadre des  troubles  en  zones  anglophones,  Paul  Ayah  Abine  est poursuivi  pour  complicité  et  apologie  du  terrorisme,  rébellion,  sécession  et  propagation  de  fausses  nouvelles.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP