Lundi, 19 Février 2018
Accueil quotidien mutations economie Passation des marchés publics en ligne: Ce qu’en pensent les prestataires

Passation des marchés publics en ligne: Ce qu’en pensent les prestataires

28
- Publicité -

Un décret du Premier ministre définit l’encadrement juridique et institutionnel de ce nouveau système.
Par Lucien Bodo
Les prestataires soulignent tout d’abord qu’il s’agit d’une évolution majeure. Celle-ci va en effet permettre de tirer un trait sur certaines mauvaises pratiques qui étaient devenues la règle. « La fraude au niveau de la documentation et la corruption lors du dépouillement », sont quelques-uns des méfaits dont se rappelle Abraham Batey Batey, directeur général d’une société spécialisée dans le bâtiment et les travaux publics. Pour lui, la passation des marchés en ligne est une option qui va faciliter l’assainissement de ce domaine. Discours d’approbation également pour Legrand Nintcheu, un autre prestataire. Ce dernier estime que le décret du Premier ministre publié le 5 janvier dernier, sonne le glas de la tricherie. « On a souvent des personnes qui ne sont pas outillées, mais qui se retrouvent en train de gagner des marchés auprès d’importantes entreprises parapubliques. Et à la fin, le marché n’est pas exécuté. Mais désormais, il n’y aura plus d’interlocuteurs et ce sont les professionnels qui seront privilégiés », relève-t-il.

Des réserves sont néanmoins émises sur certains points. Pour beaucoup, il est encore tôt pour faire le moindre commentaire. Et c’est lorsque le système se mettra véritablement en marche qu’on sera en mesure de voir si le changement tant souhaité a pris forme. L’on note donc des inquiétudes sur l’outil, surtout sa maîtrise par les prestataires et même par les acteurs qui interviennent dans le processus de passation des marchés publics. La sécurisation de la procédure en elle-même est également l’autre point d’interrogation étant donné que tout se déroule en ligne. Et enfin, les prestataires relèvent un défaut de sensibilisation. Beaucoup parmi eux en effet ne sont pas encore au courant du changement en cours.

Dans une interview accordée au quotidien « Cameroon tribune » le 16 janvier dernier, le ministre des Marchés publics Abba Sadou explique que « le décret du Premier ministre apporte la consécration juridique et institutionnelle » de la passation des marchés publics en ligne. Il s’agit en fait de la deuxième voie sur laquelle travaillent le Cameroun et la Corée du Sud depuis 2013. Et dans un premier temps, elle ne va concerner que les « porteurs de gros marchés ».

La plateforme dédiée et sur laquelle se fera la procédure se nomme « Cameroon Online E-Procurement System » (Coleps). Aucune date ne filtre pour l’instant quant à l’implémentation effective de ce nouveau système. Et donc, pour l’instant, la voie classique, celle où intervient un grand nombre d’interlocuteurs et beaucoup de paperasses, sera encore admise. Le temps pour tous les acteurs de s’imprégner du changement qui s’opère.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP