Lundi, 18 Juin 2018
Accueil quotidien mutations politique Ouest:bilan mitigé pour la première mandature

Ouest:bilan mitigé pour la première mandature

130
- Publicité -

Nommés ou élus, ces parlementaires ont brillé par leur absence sur le terrain.
Par Robert Nkaké
Les dix sénateurs de la région de l’Ouest sont répartis dans les huit départements que compte cette unité administrative. Sept de ces parlementaires sont issus du principal parti de l’opposition, le Social Democratic Front (SDF). Les trois autres – le président du Sénat Marcel Niat Njifenji, le sultan roi des Bamouns Ibrahim Mbombo Njoya et le roi des Bandjoun Victor Djomo Kamga – ont été nommés par le président de la République. L’appréciation du bilan de ces élus par leurs électeurs reflète la rivalité politique sur le terrain entre le Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais) et le SDF qui se disputent la région. Les élus locaux du parti au pouvoir affirment presqu’en chœur que les sénateurs de la région sont « invisibles » depuis cinq ans.
Joséphine Mandu, 2ème adjoint au maire de Bafoussam Ier botte en touche. « Quand on les a élus, je n’étais pas maire donc, je ne sais pas ce qu’ils ont promis », commente-t-elle de mauvaise grâce. René Kamdem, maire Rdpc de Bamendjou, a la même prudence. « Nous, on n’a pas eu de sénateurs élus, on a eu des sénateurs nommés. Les sénateurs nommés rendent compte à celui qui les as nommés ». Il ajoute que sur le terrain, il n’a pas vu de réalisations des sénateurs élus. Cependant, le magistrat municipal reconnaît qu’il y a à mettre à l’actif de la sénatrice SDF Metiendje Nguifo Tchetagne, dans le département des Hauts-plateaux. « Elle a fait construire un bloc de salles de classe au Lycée de Tchoung. Il faut être honnête. Elle a souvent distribué du savon aux nouveau-nés et des tables bancs dans quelques écoles primaires. Il n’y a qu’elle dont on peut voir le bilan, même si nous appartenons à des partis politiques différents ».
Pour Hyppolite Tchoutezo, adjoint au maire Bafoussam Ier, « c’est une appréciation mitigée. Tout simplement parce que c’est une nouvelle institution qui a pris corps, mais nous avons constaté que l’apprentissage pour ces « jeunes parlementaires » n’a pas été facile ». Cet élu local ajoute qu’à l’Ouest, « on ne les a pas suffisamment ressentis auprès des conseillers municipaux qui les élisent et devant qui, ils sont comptables. Ils ont pratiquement été absents sur la scène locale ».
D’autres magistrats municipaux citent les absences des sénateurs Nono, Bernard Tantse Tagne (Mifi), Etienne Sonkin (Menoua) ou encore ou de Raoul Tchomnou rarement aperçus dans leur circonscription électorale. Tout comme ils déplorent que ceux des chefs traditionnels qui ont été nommés par le chef de l’Etat sont « restés dans leur chefferie ». Seuls Marcel Niat Njifenji (Rdpc) et Paul Tchatchouang (SDF) trouvent quelques grâces auprès que de certains élus pour des actions en faveur de l’éducation et des couches défavorisées.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP