Mardi, 11 December 2018
Accueil quotidien mutations societe Nord-Ouest:le délégué régional des Affaires sociales enlevé

Nord-Ouest:le délégué régional des Affaires sociales enlevé

314
- Publicité -

Le rapt a eu lieu samedi dernier aux environs de Batibo, alors que ce dernier se rendait aux obsèques d’un proche.
Par Dimitri Mebenga
En dehors des assassinats des forces du maintien de l’ordre, les indépendantistes de l’ « Ambazonie » s’illustrent désormais par l’enlèvement des personnalités qui représentent l’autorité de l’Etat dans la partie anglophone du Cameroun. Samedi dernier, le délégué régional du ministère des Affaires sociales (Minas) dans le Nord-Ouest, Nimbom Arong Yong, a été kidnappé par des hommes cagoulés dans le village Nyen (arrondissement de Batibo, dans la Momo). Il se « rendait aux obsèques d’un proche membre de sa famille », indique une source dans les services du gouverneur de cette région. Toujours selon notre informateur, sa « voiture a été retrouvée calcinée et jusqu’à présent, nous sommes sans nouvelles de lui. Toutefois, son chauffeur a été libéré ». Un cadre au Minas, joint au téléphone hier, a confié : « Cette nouvelle a affecté tout le personnel ; nous attendons maintenant les orientations de la hiérarchie ».

Cet acte intervient à la suite de menaces adressées via des tracts à la classe politique et administrative de cette partie du pays, notamment au Social Democratic Front (SDF), en rapport avec leur congrès tenu le week-end dernier. Sur ces tracts qui sonnent comme un avertissement aux hommes politiques et aux représentants de l’Etat présents « dans l’Etat d’Ambazonie », on peut lire : « Les forces de restauration demandent au Social Democratic Front de tenir sa convention à Yaoundé. Maintenant que Fru Ndi et son parti politique se sont opposés à la volonté du peuple d’Ambazonie, nous allons lui infliger une leçon de brutalité.

M. Fru Ndi, toi et tes amis, vous êtes contre la liberté de l’Ambazonie, tout comme tes amis du parti diabolique, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais. Nous sommes prêts à te sacrifier toi et ton parti. Vous soutenez le gouvernement diabolique et, désormais tu [Fru Ndi, Ndlr] fais partie de la liste de nos ennemis, tout comme les deux gouverneurs, leurs secrétaires généraux, les délégués régionaux… ». L’enlèvement du délégué des Affaires sociales n’a pas été formellement revendiqué par la branche armée de l’Ambazonie, même si l’information apparaît sur sa page Facebook.

Chefs traditionnels
Le 11 février dernier, c’est le sous-préfet de Batibo, Marcel Namata Diteng, qui a été le premier à payer les frais de cette nouvelle pratique et jusqu’à ce jour, on est sans nouvelles de lui. En dehors des forces de défense et de sécurité fortement mobilisées pour le retrouver depuis son enlèvement, les chefs traditionnels de la région ont été appelés à la rescousse. Ceux-ci ont d’ailleurs promis de le ramener vivant, bien que, sur le réseau social Facebook, le chef de la branche armée de l’Ambazonie, Ayaba Cho Lucas, a affirmé que l’autorité administrative avait été exécutée quelques heures seulement après son kidnapping.

Il a même publié depuis le 11 février des photos d’un corps qu’il présente comme étant celui de Marcel Namata Diteng. Le 21 février dernier, le chef des armées, Paul Biya, a créé une cinquième région militaire interarmées (Rmia). Née de l’éclatement de la deuxième Rmia, qui couvrait les régions du Littoral, du Sud-Ouest, du Nord-Ouest et de l’Ouest, celle-ci est composée de l’Ouest et du Nord-Ouest uniquement, avec pour poste de commandement Bamenda. Parallèlement, une cinquième région de gendarmerie a vu le jour avec la même configuration. Elle a aussi pour poste de commandement le chef-lieu de la région du Nord-Ouest.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP