Vendredi, 20 Septembre 2019
Accueil quotidien mutations Nimes Party 2018:Quand les otakus se déchainent

Nimes Party 2018:Quand les otakus se déchainent

814
- Publicité -

La 4è édition de ce rendez-vous des amoureux de mangas a connu une grande affluence le 18 août dernier à Yaoundé.

Par Lucien Bodo

Sur une scène aménagée pour la circonstance, une créature avec une tête « sans visage » avance tel un arbre torturé par une puissante tornade.  Elle est effrayante ; mais la grâce qui accompagne sa démarche lui confère un air sympathique. D’ailleurs, elle semble généreuse puisqu’elle jette des pièces de monnaie au pied de quelques spectateurs. On a l’impression qu’elle glisse au lieu de marcher.

A sa suite, défileront d’autres personnages de bandes dessinées japonaises et de jeux-vidéos tout aussi épiques : Super Mario, Luigi, Songoku, Naruto, Tornade, Sagath, Boubou, C-17, ou encore la déesse Athéna. Grâce à la séquence des « cosplays » – déguisement en personnages virtuels (jeux-vidéos, bandes dessinées, films, etc.) -, des participants donnent vie à ces hommes, femmes et créatures diverses, habilement représentés par les crayons de dessinateurs de talent, japonais en majorité. Dans le public, les applaudissements et les cris de joie fusent, tandis que les appareils photos crépitent comme des balles. Et en fond sonore, une musique distillée pour la circonstance en rajoute à l’ambiance de folie dans une salle surchauffée.

Pour sa 4è édition, la Nimes party a connu une affluence sans précédent. Plus de 400 personnes de tout âge se sont en effet bousculées à la Maison du combattant de Yaoundé le 18 août dernier. Le plus grand rassemblement des Otakus (amoureux de bandes dessinées japonaises) du Cameroun est surtout une grande fête au cours de laquelle les uns et les autres s’échangent des mangas. Certains se livrent au concours de karaoké sur des génériques de quelques animés, tandis que d’autres évaluent leurs connaissances grâce au quizz dont les questions portent essentiellement sur la culture du manga.

Au coin resto, d’autres participants ont pu reprendre des forces en se délectant d’un bol de ramens, plat japonais rendu célèbre par Naruto, héros d’un manga éponyme à succès. La Nimes Party est par ailleurs le lieu d’expression du talent de quelques dessinateurs locaux. Ainsi, en déboursant seulement 1000 Fcfa, certains ont pu rentrer chez eux avec un portrait d’eux, dressé sur place.

Pour beaucoup, le 18 août dernier était surtout un instant-découverte. « Je suis agréablement surprise. C’est beau, c’est simple et c’est sans protocole. Je ne m’attendais pas à voir autant de monde. C’est toujours bien de rencontrer autant de personnes qui partagent la même passion des mangas comme moi », confie une participante qui en était à sa première participation. Au moment où que le jour décline à l’extérieur, plusieurs parties du programme du jour ont déjà été évacuées. Le reste de la fête s’est poursuivie, jusqu’à une heure très avancée, en musique et en pas de danses sur la piste.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP