Samedi, 21 Avril 2018
Accueil quotidien mutations faits divers Cetic de Ngoa-Ekelle: un élève déféré au parquet

Cetic de Ngoa-Ekelle: un élève déféré au parquet

296
- Publicité -

Interpellé vendredi dernier avec en sa possession 23 paquets de drogue, il a été gardé à vue à la brigade de Melen avant d’être transféré le lundi 27 février 2017. «Nous avons fait ce qui était à notre niveau. Présentement, l’enquête suit son cours au parquet du tribunal   de   première    instance   de Yaoundé, et l’enfant y  a été déféré ce matin (hier,  Ndlr) », confie  un enquêteur rencontré à  la brigade de Melen. C’est que,  vendredi  dernier, un  élève régulièrement  inscrit en 3ème  année option mécanique en électricité automobile au  Cetic de Ngoa-Ekelle  a été interpellé avec en sa possession 23 paquets de drogue. «Sur le fait du hasard, nous avons interpellé un élève parce  que nous soupçonnions qu’il avait pris de la drogue. Sur le coup de la menace, il nous a décrit celui qui le ravitaille le plus souvent tout en disant qu’au moment où il nous parle, son fournisseur se  trouve derrière les toilettes»,  explique l’un  des surveillants  généraux  du  Cetic de  Ngoa-Ekelle. Avant de poursuivre  : «lorsque nous nous y  sommes rendus, ils étaient  deux mais l’un  s’est s’échappé en  escaladant le mur de la barrière de  l’établissement scolaire. Néanmoins,  nous avons interpellé celui qui détenait la marchandise et nous l’avons conduit à la surveillance générale. C’est de là que nous  avons découvert qu’il  avait dans sa  trousse 23 paquets  de drogue. Nous  avons alors  fait appel aux  éléments de la brigade de Melen qui l’ont embarqué».

Ce n’est  pourtant pas le  premier cas  découvert dans  cet établissement  scolaire de Yaoundé. Le  23 février dernier, un élève de la 4ème année  s’était évanouit. À son réveil, il a avoué avoir consommé  11 comprimés de tramol. Un serpent en jouet, un couteau, un scorpion en jouet et une arme en jouet ont également été retrouvés parmi ses fournitures scolaires.  «Nous l’avons  immédiatement renvoyé et nous avons  envoyé  une  convocation  à ses  parents.  Nos  enquêtes se  poursuivent  et nous  sommes convaincus  que nous allons  traquer les autres. Nous  ne pouvons pas  encourager les fumeurs de drogue. Nous allons les traquer et les mettre hors  d’état de nuire car,  lorsqu’ils prennent de la  drogue,  ils agressent  leurs  cadets  de  la  première  et deuxième  année», confie  une  source au  Cetic. Deux  semaines avant, un autre élève du même établissement a été exclu temporairement après avoir poignardé son camaradede classe.

Josiane Afom.

 

 

 

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP