Dimanche, 17 Juin 2018
Accueil quotidien mutations série Nanjing. Histoire d’une escale forcée

Nanjing. Histoire d’une escale forcée

181
- Publicité -

Le train-train est quotidien pour la délégation des journalistes camerounais qui séjourne en Chine. En ce mercredi 5 juillet, le groupe des neuf (appelons le G9) a rendez-vous à 8h au 2e étage du somptueux Regent Hôtel Beijing, où il a posé ses valises le 2 juillet 2017.

Par Georges Alain Boyomo, de retour de Nanjing

Au  compte-gouttes, après le programme intéressant et harassant de la veille (qui l’a conduit au Phoenix International Media Center, à Avic International, à la Cité interdite et à l’Institut des affaires étrangères), les invités de l’Empire du milieu prennent place dans le vaste restaurant dédié au petit déjeuner. Une ambiance de ruche y règne. Hommes, femmes, jeunes, moins jeunes, enfants font des va-et-vient devant le buffet pantagruélique. Pour les visiteurs came-
rounais, pas évident de trouver ce qui est compatible avec les papilles gustatives. C’est à peine si on n’est pas dépaysé devant certains mets qui tempèrent l’appétit au premier regard. Mais l’inoxydable hospitalité chinoise est telle qu’on finit par trouver son compte. Œufs frits ou à la coque, salades, poisson et fruits sont particulièrement plébiscités.
L’horloge tourne. Il faut regagner (pour certains) au pas de course les chambres afin de revêtir la tenue idoine pour la suite de la journée. 9h15. Tout le monde s’est vautré dans son siège, à bord du bus spécialement affrété pour la délégation. En plus des Camerounais, il y a là, la sympathique et charismatique Ren Jia et le souriant et débonnaire Han Hongcai. Les Camerounais sont positionnés dans le bus, à la manière d’une équipe de football. Les Lions indomptables de la plume et du micro.

En attaque : Marie Claire Nnana (le chef de délégation) et Madeleine Soppi Kotto. Dans l’entre-jeu : Georges Alain Boyomo, Joseph Fotso, Jefferson Kami et Jean François Channon (les Chinois préfèrent Denwo). En défense : Antoine Wongo Ahanda, Parfait
Nicolas Siki Awono et Serge William Fotso. Une ambiance de voyage d’études d’étudiants étreint le bus. Les débats touchent à tous les secteurs d’activités.

L’actualité sur le mort de Monseigneur Jean-Marie Benoît Bala tient la vedette. Les arguments se choquent et s’entrechoquent. Les plaisanteries en rajoutent à la communion. Ici, pas de Dg, de Dp, de DR ou de REC. Simplement des journalistes.
Après une visite fort édifiante à l’entreprise China Communications Construction Company (très active dans le domaine du Btp au Cameroun, nous y reviendrons), le retour à l’hôtel se fait à tire d’aile.

14h15. Adieux au Regent Hôtel. Direction l’aéroport international de Beijing, afin de prendre le vol pour Hangzhou. L’infatigable Ren Jia et le méticuleux Han Hongcai ont pris, comme à leur habitude, toutes les dispositions utiles. Les Camerounais bénéficient même d’un traitement princier. De quoi oublier, pour un temps, les
tracas de la vie au pays. Contrôles d’usage dans l’immense et joli aéroport international de Beijing, puis embarquement. Théoriquement, le vol doit durer deux heures et poussière.

Dans l’aéronef, les hôtesses de l’air rivalisent d’élégance, de charme et de courtoisie. Le temps mis pour le décollage paraît anormalement long. Mais la mine ragaillardie de passagers camerounais témoigne de ce que les uns et les autres se voient déjà à Hangzhou. Mais tout n’ira pas de soi. Après environ 60 minutes de chevauchée dans
les airs, le vol CA1563 de Air China, sera forcée d’atterrir plutôt à Nanjing, à quelque 400 km de la destination prévue. Les mauvaises conditions atmosphériques sont à l’origine du contretemps, expliquent les stewards, qui sont mitraillés de questions.

Après l’atterrissage, les passagers sont sommés d’attendre dans le ventre de l’oiseau de fer. Beaucoup perdent patience et demandent s’il n’est pas possible de rebrousser
chemin, c’est-à-dire de regagner Beijing. Refus catégorique. Le branle bas enfle. L’espoir de redécoller pour Hangzhou aussi. Patatras. Après plus d’une demi-
heure à ronger son frein, tout le monde est invité à descendre del’avion.

En file indienne, le cap est mis dans les entrailles de l’aéroport de Nanjing, qui s’étend
jusqu’à perte de vue. Un joyau architectural. Un nouveau ticket d’embar-
quement est remis à chacun. Le lieu grouille de personnes, les unes plus affairées que les autres. Selon des statistiques publiées en 2016 par l’Aviation civile chinoise, l’Aéroport international de Nanjing est le 12e le plus fréquenté de Chine, avec
22.357.998 passagers pour 187968 avions.
L’escale forcée sera gérée au mieux par le duo Ren-Han. Repas chaud dans un restau-
rant de l’aéroport. En bonus, des bières fraîches offertes par Joseph Fotso, le direc-
teur général de Canal2 International. Et puis, chacun tue le temps à
sa guise. On joue les lèche-vitrines ou on se gave d’histoires camerounaises. Le temps file comme une sagaie d’aborigène. Au bout de près de trois longues heures d’attente, le redécollage est annoncé.
Le vol dure près de 40 minutes. A une heure avancée de la nuit, Hangzhou nous tend
chaleureusement des bras. Cette ville est la capitale de la province de Zhejiang. Située à 200 km de Shanghai, cette cité peuplée de plus de 10 millions d’habitants a une histoire vieille de 2200 ans. C’est le centre la culture bouddhiste dans le Sud-Est
de la Chine. Hanghzou est connu pour son lac, inscrit depuis 2011 au Patrimoine mondial de l’Unesco. Baptisé le « lac de l’Ouest », il fait une circonférence d’environ 15 km pour une profondeur moyenne de 2,27 m. Sa capacité est de 140290 000 m3 d’eau. Logée au Huajiashan Resort (un céleste hôtel qui a déjà accueilli d’illustres chefs d’Etat), la délégation camerounaise aura le plaisir d’aller en croisière sur ce lac.

Hangzhou c’est aussi le Stade de football dénommé « Le Stade du dragon », le Hangzhou Sports Park Stadium, qui sera inauguré cette année pour accueillir en 2022 les Jeux asiatiques, et une soixantaine de gratte-ciel. Hangzhou est surtout la ville d’Alibaba.

Série : Je reviens de Chine Prochain article : Alibaba ou l’incarnation du rêve chinois

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP