Dimanche, 18 Août 2019
Accueil quotidien mutations politique Mrc:Mamadou Mota privé de visites

Mrc:Mamadou Mota privé de visites

98
- Publicité -

Exfiltré à l’occasion des mutineries survenues à la prison centrale de Kondengui, le 1er vice-président de cette formation politique n’a jusqu’ici rencontré aucun membre de sa famille, selon ses avocats.

Par Florentin Ndatewouo 

Le premier vice-président du Mouvement national pour la renaissance du Cameroun (Mrc) serait « dans une situation de disparition forcée ». Selon le collectif d’avocats en charge de la défense des personnes arrêtées dans le cadre des « marches blanches » de ce parti, représenté par Me Serge Chenjou, Mamadou Mota est gardé à la cellule des  services centraux de recherche judiciaire du secrétariat d’Etat à la Défense (Sed).  Au cours d’une conférence de presse hier lundi au siège du Mrc à Yaoundé, la présidente par intérim de cette formation politique, Tiriane Noah, qu’accompagnaient des représentants du collectif d’avocats, est revenu sur « la situation désespérée du premier vice-président Mamadou Yakouba Mota, déporté au Sed et la disparition de 23 militants du Mrc à la suite de la mutinerie à la prison de Kondengui».

Pour le cas spécifique de Mamadou Mota,  Me Serge Chenjou affirme qu’ « …aucune visite ne lui est autorisée. Par deux fois, nous avons insisté pour qu’il reçoive la visite au moins mais nous n’avons pas réussi à faire fléchir les autorités du service central de recherche judiciaire. J’ai moi-même  rencontré le chef d’escadron qui est chef du service central du service judiciaire et je lui ai demandé de permettre que le frère de Mamadou Mota qui est médecin le voie. Il était accompagné de ses sœurs qui souhaitaient lui donner à manger et des vêtements de rechange. Le chef d’escadron m’a fait savoir qu’il n’était que le gardien de notre client et que pour trouver une solution à notre demande, il fallait se référer au commandant de compagnie».

D’après lui, l’état de santé de monsieur Mota et préoccupant. «  Je dois préciser qu’à l’issue de cette expédition punitive, Mamadou Yakouba Mota s’en est sorti  avec le bras cassé qui a été plâtré hier, après une semaine ; il s’en est sorti également avec des hématomes sur plusieurs parties de son corps et des blessures sur la tête. Il est très affaibli, astreint à un régime dont il n’est pas habitué. Je précise qu’il a passé quatre jours sans manger. On lui donne des repas qui ne sont pas tout à fait à son goût. Il m’a dit qu’il souffrait de coliques (diarrhée) ».

Au sujet des 23 autres militants et sympathisants du Mrc exfiltrés, l’avocat dit n’avoir pas  pu,  en dépit de son insistance, rencontrer certains d’entre eux. « Le vice-président Mamadou Mota nous a fait savoir qu’il n’a eu de nouvelles que d’une seule personne, à savoir Nana Serges Branco. Tous les autres sont dans une situation de disparition forcée. Le chiffre de 23 n’est pas exhaustif, c’est un chiffre que nous avons pu avoir grâce à certaines indiscrétions.

Nous attendons que le gouvernement communique sur la situation de toutes les personnes ainsi que sur leurs lieux de détention. Pour l’instant, certaines indications nous font savoir que certains sont dans les locaux du Sed, d’autres au Groupement spécial d’opérations (Gso), ajoute Me Chenjou. Par la voix de la présidente par intérim du Mrc, le parti politique de Maurice Kamto demande l’ouverture d’une enquête internationale sous l’égide de l’Organisation des Nations unies (Onu). Ceci, à l’effet de déterminer les conditions et le bilan humain de l’intervention des forces de sécurité lors des mutineries des prisons de Kondengui et Buea.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP