Dimanche, 17 Juin 2018
Accueil quotidien mutations business Mokolo:Les bonnes affaires des cordonniers

Mokolo:Les bonnes affaires des cordonniers

227
- Publicité -

La qualité du travail réalisé par ces artisans leur a valu une certaine notoriété, source de beaucoup de bénéfices.
Festival de savoir-faire au hangar numéro 4 du marché Mokolo à Yaoundé. Juste à l’une des 3 entrées de ce lieu de travail, Abdoul essaye de remettre en place la semelle d’une bottine entièrement décollée. Derrière lui, son collègue Younoussa achève de remettre à neuf une mallette noire avec du cirage. Plus loin, deux jeunes garçons sont concentrés à dessiner des motifs sur une paire de tennis, sous le regard admiratif du client. Au fil des années, les cordonniers qui travaillent dans cet espace marchand se sont bâti une réputation pour ce qui est de la réfection, la fabrication et la teinture des chaussures.
Mais au-delà des souliers, l’activité s’est étendue aux sacs à mains, aux mallettes et à tout autre objet fait à base de cuir. Le ravitaillement en ce matériau est rendu simple par la présence dans ce même hangar, des grossistes qui s’approvisionnent à Douala. « La clientèle des cordonniers se recrute à la fois chez les revendeurs de chaussures et chez les simples particuliers », comme l’explique Albin, en poste au hangar numéro 4 depuis 8 ans.
En plus du bon travail réalisé par ceux-là qui se font souvent appelés « artistes du cuir », les prix abordables appliqués sont aussi un facteur qui explique l’afflux de clients. 1 000 FCFA par exemple suffisent pour un relooking complet d’une paire de chaussures. Des tarifs bas, mais suffisants pour produire des bénéfices conséquents aux cordonniers et leur faire vivre de leur travail. Entre 5 000 et 20 000 FCFA par jour.
Sur des comptoirs en bois, plus d’une centaine de personnes font valoir leur talent au quotidien dans cette cordonnerie. Certains parmi eux se revendiquent licenciés en toute sorte de disciplines à l’Université. Pour assurer l’harmonie du groupe de travailleurs, un chef de hangar été désigné par ses pairs. Dans le passé, de multiples cas de vols ou de pertes de chaussures ont été à l’origine d’accrochages entre clients et cordonniers. L’arrivée d’un vigile a permis de minimiser ce problème. « Les artistes du cuir » évoluent désormais avec plus d’assurance.
Par Lucien Bodo (Stg)

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP