Mercredi, 23 Mai 2018
Accueil quotidien mutations societe Les militaires défileront de nouveau à Kolofata lors des célébrations de la fête nationale 2017

Les militaires défileront de nouveau à Kolofata lors des célébrations de la fête nationale 2017

226
- Publicité -
Kolofata

Après deux années de trêve imposée par l’insécurité, la parade va reprendre droit de cité dans cette localité de Kolofata.

Par Jacques Kaldaoussa

Après deux ans de trêve imposée par l’insécurité du fait de la secte terroriste Boko Haram, la commémoration des fêtes publiques va reprendre dans l’arrondissement de Kolofata. Toutes les manifestations étaient alors délocalisées à Mora, le chef-lieu du département du Mayo-Sava. Cette reprise commence avec le défilé de la fête nationale du 20 mai prochain,  à Kolofata. Kolofata a été «certes l’épicentre des attentats-kamikaze et des attaques de Boko Haram, mais cette année, nous allons effectivement défiler à Kolofata. Nous avons pris des dispositions avec le sous-préfet de Kolofata pour cela», a confié le commandant de la quatrième région militaire interarmées par intérim, le général de brigade Valère Nka. Pour ce faire, des dispositions sécuritaires ont été prises par les des forces de défense et de maintien de l’ordre. Ainsi, le spectre de la menace Boko Haram est éloignée. Les comités de vigilance sont également plus que jamais galvanisés pour monter la sentinelle pendant cette période.

La peur dans le ventre

Pour les populations, c’est la peur dans le ventre qu’elles vont aller à cette fête en raison de quelques attentats-kamikaze. D’ailleurs, la dernière attaque dans ce département, notamment dans la localité de Limani, date du 12 mai dernier. Bilan : trois morts, dont les deux kamikazes et un membre du comité de vigilance. Toutefois, les autorités se veulent rassurantes. «Avant, toutes les fêtes, à l’instar de la fête de la jeunesse, du 8 mars et du 20 mai, se déroulaient à Mora, dans le chef-lieu du département, par crainte d’attaques terroristes de Boko Haram. C’est parce qu’on a vu que toutes les conditions sécuritaires sont réunies que nous avons eu l’audace d’organiser la fête à Kolofata», confie un policier en service au commissariat spécial de Kerawa.

De toutes les attaques et attentats-kamikaze perpétrés par Boko Haram, Kolofata paie le plus lourd tribut. Et avec  l’attaque du commissariat spécial de Kerawa en 2014, toutes les manifestations publiques avaient été délocalisées à Mora. Cette reprise constitue donc un véritable défi lancé à Boko Haram.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP