Lundi, 20 Mai 2019
Accueil quotidien mutations societe Marché Congo: Plus de 150 boutiques et magasins partis en fumée

Marché Congo: Plus de 150 boutiques et magasins partis en fumée

329
- Publicité -

C’est à la suite de l’incendie qui s’y est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche dernier, ravageant aussi une soixantaine de maisons d’habitations et commerces environnants. 

Par Marthe Ndiang

Du secteur textile au marché Congo de Douala, il ne reste plus rien. Si oui, de la cendre, de la ferraille et des bouts de bois calcinés, ainsi qu’un sol noirci résultant d’un mélange de charbon et d’eau. Idem pour la rue reliant l’hôtel Sainte Juliette à l’hôtel Mon voisin où étaient logés les merceries, bijouteries et divers autres commerces. Tout ici est réduit en cendres. Les rares murs encore debout sont lézardés et noircis par la fumée. Sur le site de l’incendie, l’air est difficilement respirable. Le sol toujours chaud témoigne de l’intensité du feu. Une forte odeur de brûlé oblige certains à porter des cache-nez. La fumée aussi reste épaisse à certains endroits. Du coup, l’atmosphère est étouffante et nul n’est à l’abri des quintes de toux ou des yeux larmoyants. Les commerces réduits en cendres étaient spécialisés dans la vente des tissus, rideaux, bijoux, draps, matériel et accessoires de couture (merceries), etc. 

Outre les commerces, des maisons d’habitation ont aussi été touchées par le feu. Jusqu’au moment où nous quittions le lieu du sinistre, les sapeurs pompiers étaient encore à pied-œuvre pour éteindre les foyers d’incendie résistants. Car jusqu’à presque 13h, il y avait encore des flammes vives ci et là. Le bilan de cet énième incendie dont les causes restent à déterminer est lourd. « Avec ce que nous voyons, c’est 150 boutiques qui sont parties en fumée. Ajouté à cela une soixantaine d’immeubles, maisons d’habitations et d’autres commerces des coins environnants », estime Nsangou Mama, coordonnateur principal du marché Congo. De part et d’autres, tristesse et désolation se lisent sur les visages des commerçants sinistrés. A bout de force, Flore a du mal à parler. C’est à sa sœur que le reporter parvient à arracher quelques mots. « Elle a perdu ses deux boutiques. Tout a brûlé », renseigne-t-elle. Suffisant pour que Flore éclate en sanglots.

Voies d’accès

Fadimatou Ngoutane, propriétaire de la bijouterie n°265, elle aussi a tout perdu. Elle estime ses pertes à près de 1.500.000 Fcfa. «Ma boutique a brûlé. Ainsi que mon magasin », lâche-t-elle, la voix enrouée, les yeux voilés de larmes. Elle poursuit, « C’est vers 01h qu’on m’a appelé pour me dire que le marché brûle. Je suis sortie tel que vous me voyez débraillée», renseigne-t-elle. En effet, d’après les informations recueillies sur place, le feu s’est déclaré vers 1h 30 minutes. « Je dirais 1h 42 minutes », précise Ahamad Lawal, un riverain. Seulement, malgré l’arrivée prompte des sapeurs pompiers, leur action va être retardée à cause des voies d’accès obstruées. Le gouverneur de la région du Littoral descendu sur les lieux explique au cours de sa seconde descente en fin de matinée que, « la première difficulté constatée était celle de la progression des sapeurs pompiers sur le site. Puisqu’il fallait déplacer des planches, et casser certains étals afin que les camions d’eau passent. Ces camions ne pouvaient pas tous intervenir à la fois (…). Si ça avait été de manière groupée, le feu aurait vite été circonscrit », relève Samuel Dieudonné Ivaha Diboua. Aucune information jusqu’alors sur les causes de l’incendie. En rappel, en 2012 déjà un incendie réduisait en cendre plusieurs commerces. Les propriétaires avaient alors été recasés « provisoirement » sur la rue reliant la Douche municipale à la pharmacie de la mosquée. Depuis lors rien. En 2013 aussi, d’autres boutiques partaient en fumée.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

0

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP