Mercredi, 25 Novembre 2020
Accueil quotidien mutations environnement Madeleine Ngeunga: « les données pertinentes et actualisées donnent plus de pertinence aux reportages »

Madeleine Ngeunga: « les données pertinentes et actualisées donnent plus de pertinence aux reportages »

569
- Publicité -

Editrice du média régional du Bassin du Congo InfoCongo.org, la boursière du programme Global Forest Watch Tech Fellowship 2019 parle de l’intérêt des données statistiques dans les articles de presse portant sur la gestion des forêts.

Par Guy Martial Tchinda

Le 03 Décembre 2019, vous avez organisé un atelier de formation des journalistes sur la gestion des forêts. Quel en est l’intérêt ?

Situé dans le Bassin du Congo qui est la 2e plus grande forêt du monde après l’Amazonie,  « le Cameroun a perdu plus d’un million d’hectares de couvert forestier de 2001 à 2018, ce qui équivaut à 3,8% de diminution du couvert forestier depuis l’année 2000 et 473 millions de tonnes d’émission de CO2 », selon « Global Forest Watch ». Au Cameroun, l’accès à ces données représente un grand challenge pour des journalistes qui traitent de l’actualité environnementale. Leurs articles manquent parfois de preuve scientifique. Pourtant, la perte du couvert forestier affecte de façon négative la vie des populations, en particulier des communautés autochtones vivant en zone rurale et dont la survie dépend des ressources forestières. Ce constat interpelle le journaliste car, il est mieux placé pour informer le public sur les urgences environnementales et forestières. Portant sur le thème : « Gestion des forêts et Journalisme de données : produire des articles pertinents grâce à l’utilisation des outils numériques », notre récent atelier fait partie des activités de formation des journalistes que nous réalisons au Cameroun en 2019, en tant que boursière du programme « Global Forest Watch Tech Fellowship 2019 », lancé par l’organisation mondiale de surveillance forestière « Global Forest Watch ». A Douala en septembre 2019 comme à Yaoundé en décembre 2019, l’objectif est de sensibiliser les journalistes et susciter en eux un plus grand intérêt pour la production d’articles relatifs à la gestion des forêts au Cameroun. Nous les formons à l’utilisation des outils numériques leur permettant de trouver des données pertinentes et actualisées pour donner plus de pertinence à leurs reportages et enquêtes portant sur la gestion des forêts. 

Au cours de cette rencontre, des outils numériques ont été présentés aux hommes et femmes de médias afin de les aider à obtenir des données actualisées. Pouvez-vous nous les présenter ?

Nous avons formé les journalistes à l’utilisation des outils de Global Forest Watch tels que : la plateforme interactive en ligne Global Forest Wacth, l’Atlas Forestier du Cameroun et l’application Forest Watcher. Ces trois outils numériques de surveillance forestière permettent aux journalistes de visualiser en temps des données satellitaires sur les changements qui s’opèrent dans les forêts camerounaises et mondiales. Durant la formation, ils ont appris à explorer ces différents outils, circonscrire des zones forestières du Cameroun qui les intéressent, localiser les permis miniers, les concessions forestières et les aires protégées qui s’y trouvent,  visualiser les alertes de changement de couvert forestier enregistrées de 2001 à 2018, dans leurs zones d’intérêt.

En quoi ces outils peuvent améliorer la qualité des travaux menés dans le domaine des forêts ?

Savoir utiliser ces outils numériques de surveillance forestière est un grand atout pour des journalistes. Prenons par exemple un journaliste qui enquête sur l’impact de la déforestation dans la région de l’Est au Cameroun. Au cours d’une descente à l’Est, il réalise des entretiens avec des communautés locales et les autorités traditionnelles, obtient quelques informations sous anonymat des autorités administratives locales et prend des photos et vidéos qui illustrent la destruction des forêts. Mais, il lui manque des données pour montrer par des faits scientifiques l’ampleur de cette déforestation. Dans ce cas, il peut tout d’abord,  circonscrire la région de l’Est sur l’application Forest Watcher pour visualiser les récentes alertes de changement du couvert forestier enregistrées dans cette région. Ensuite, il peut obtenir les coordonnées géographiques de sa zone d’intérêt et les introduire sur la plateforme interactive Global Forest Watch ou l’Atlas forestier du Cameroun, pour explorer les différentes activités d’utilisation des terres attribuées par l’Etat dans cette zone et visualiser les données relatives à la perte du couvert forestier enregistrées dans ladite zone au fil des années. Enfin, il peut télécharger ces cartes et visualisations et les ajouter comme preuve des affirmations contenues dans son article.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP