Vendredi, 20 Septembre 2019
Accueil quotidien mutations societe François Bingono Bingono: »le Cameroun a besoin d’un rite de purification nationale »

François Bingono Bingono: »le Cameroun a besoin d’un rite de purification nationale »

1227
- Publicité -
Catastrophes

L’anthropologue s’exprime sur les catastrophes qui frappent le pays depuis quelques mois.
Par Mélanie Ambombo

On observe depuis le mois d’août une recrudescence d’événements malheureux au Cameroun, comment pouvez-vous l’expliquer?
Il faut retenir d’entrée de jeu que tout ce qui respire est périssable et par conséquent est soumis à la loi de la disparition pour régénération. Il n’est pas convenable que l’on pense que quand ce qui respire en vient à disparaître, que ceci soit obligatoirement sujet à investigation, je dirai mystique. C’est d’abord la loi naturelle. Je voudrais que l’on retienne d’abord cela avant de rentrer dans les subtilités de cette thématique. D‘ailleurs qui a été là pour mener des investigations et aboutir au constat pertinent et scientifique que les catastrophes sont les plus récurrentes depuis le mois d’aout ?

Le directeur exécutif de Securoute parle de 99 morts et une centaine de blessés en trois semaines seulement…
Près de 100 morts en août seulement est ce que cela est vraiment catastrophique comparer à tout ce que nous avons connu au Cameroun. L’accident sur la voie ferrée avez fait combien de morts en un seul jour ? Je ne voudrai pas que l’on estime qu’il y a une recrudescence de catastrophes meurtrières. Toutefois, il convient quand même de retenir que la terre se nourrit de sang et chaque fois qu’on va vers la fin de l’année, elle a besoin de se gaver de ce liquide. On peut dire que la fin de l’année passe pour être plus meurtrière accidentellement parlant que les autres périodes de la pleine année tout simplement parce qu’on va vers une période où la nature a besoin de se revivifier à travers le sang. Il n’y a rien d’alarmant. L’alarme est une veille quotidienne. N’attendons pas qu’il y ait des catastrophes pour nous alarmer. Nous devons être en posture d’éveil permanent. Si nous l’étions au quotidien, nous éviterons bon nombre de catastrophes.

Pour vous, il n’y a rien d’alarmant or lors de l’inhumation de Mgr Bala, un prélat avait prédit des malheurs au Cameroun car disait-il, en assassinant l’évêque de Bafia, on avait fait pleurer Dieu…
Je suis inapte et je me disqualifie en rapport à un commentaire relatif aux propos de Mgr. Déjà que je crains que Dieu malgré la valeur humaine que nous lui conférons souvent en vienne à pleurer. Nous n’en savons rien Dieu n’a pas de physique, il n’a pas de matérialité. Je sais que Mgr a parlé de façon anecdotique, allégorique, imaginé.

Le cadavre d’un hippopotame avait par ailleurs été retrouvé sur les berges du fleuve Sanaga à Monatélé le jour même de l’inhumation de Mgr Bala. Cela ne serait-il-pas un signe de cette colère de Dieu?

Cela ne peut obligatoirement pas renvoyer à une prémonition qui est un signe avant-coureur annonçant un malheur. Or, le malheur était déjà là en termes de disparition de la manière de nos supputations communes sur l’évêque. Maintenant, est ce qu’il faut aller investiguer dans la coutume des Eton qui sont des Ekang ? Est-ce que l’hippopotame joue un rôle dans notre lexique prémonitoire, je n’en suis pas très sûr. Je voudrai tout simplement dire ma modération quant à penser que la découverte sur les berges de la Sanaga de cet animal prédise de nouveaux malheurs.

Est-ce que nous avons souvent entendu parler de cadavre d’hippopotame à chaque fois qu’il y a eu une mort de haute personnalité ?
Ce que je peux vous dire c’est que Mgr ne peut pas mourir impunément et les représailles n’attendront pas trop longtemps. Je puis même vous affirmer que celles-ci sont en cours. Je crains bien que tous ceux qui sont mêlés de près ou de loin à cette nature de disparition en fassent les frais, s’ils ne prennent pas des dispositions d’une spiritualité de résipiscence. Il ne faut pas un seul instant penser que cette mort passe comme une mort banale. Il en va ainsi de la mort de Mgr comme toute mort qui aurait été causée par main d’homme. Celles-ci s’accompagnent de pertes en biens matériels, maladies longues et parfois incurables, mort d’hommes auprès des coupables, de générations en générations.

S’agissant de la mort d’une haute personnalité, lorsque celle-ci disparait de façon accidentelle, n’existe-il pas des rites à faire pour chasser le mal ?
Une personnalité qui disparait de façon si inattendue c’est-à-dire que l’âge ne le prédestine pas déjà à la mort, et bien, ce genre de mort impose obligatoirement des sacrifices. Il faut des rituels purificatoires parce qu’un jeune homme n’est pas appelé à mourir pour rien. Et je voudrais espérer que ma communauté Ekang s’est employée à procéder à ces sacrifices-là. C’est l’occasion de procéder au rituel de purification Tsô’o mais aussi de pratiquer l’Esié qui est cette grand-messe incantatoire qui consiste à conjurer le sort, à protéger la communauté de prochains malheurs de la même nature. J’espère également que la communauté chrétienne à laquelle appartenait Mgr Bala n’a pas manqué de procéder à des rites de purification.

Au vu de tous ces malheurs qui s’abattent sur le Cameroun, ne faut-il pas convoquer un rite comme le Mbabi en pays Eton ?
Il est normal que l’on convoque un Mbabi rite de purification à chaque fois que la communauté est ahurie par certaines catastrophes. Pour le compte du Cameroun, je ne voudrais pas qu’on convoque un Esié un Tsô’o ou un Mbabi. je voudrais que l’on regarde la posture du Cameroun depuis les catastrophes d’abord la Centrafrique, suivies des catastrophes de Boko Haram. Ces deux pôles là sont nécessaires pour que les institutions pensent à se référer aux initiés pour qu’effectivement l’on procède à des rituels de purification nationale.

Vos proposez au gouvernement de faire recours aux initiés pour résoudre les problèmes du Cameroun ?
Je suggère la multidisciplinarité c’est-à-dire qu’on laisse sur une plateforme de recherche des solutions, les philosophes, l’élite, les intellectuels de la modernité occidentale mais qu’on n’oublie pas les savants traditionnels. Les rites purificatoires, les incantations, les exorcismes dont une stratégie initiatique patrimoniale devraient également trouver droit de cité qu’on ne tourne pas le dos aux initiés patrimoniaux qui jouent presqu’au quotidien un rôle de protection du pays.

Pour une certaine opinion, tous ces morts seraient en réalité des sacrifices humains pour les élections qui approchent et pour d’éventuelles nominations à l’occasion du remaniement ministériel annoncé…
Ce n’est pas obligatoire que de gens meurent massivement parce qu’on va vers une élection présidentielle ou qu’on attend un remaniement ministériel. Autant on sait que quelques personnes procèdent par ces sacrifices humains, autant ça ne peut pas être une raison suffisante pour expliquer les morts massives. Pour sacrifier un être humain parce qu’on veut accéder à quelques chose d’élevé , vous allez sacrifier l’un de vos parents. On ne peut pas sacrifier quelqu’un avec qui on n’a pas du sang en partage.

On peut néanmoins avoir des victimes collatérales d’où ces morts massives…
Les victimes collatérales sont gratuites, ce qui est dangereux parce que c’est la nature qui va alors imposer des représailles. On ne peut pas au nom de sacrifice individuel embarquer des masses d’hommes. Ça ne marche pas ainsi. Les représailles de la nature peuvent entraîner d’autres pertes massives de certaines personnes mais pas des innocents. Donc celui qui aurait sacrifié massivement alors qu’il visait des gens, on n’est pas sûr qu’il s’en tire à bon compte. C’est pour cela que je parle de la nature où vous aurez outrepassé les lois du mystique et vous risquez d’en faire les frais.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP