Lundi, 18 Juin 2018
Accueil quotidien mutations economie Les réserves de change de la zone Cemac restent une tendance baissière

Les réserves de change de la zone Cemac restent une tendance baissière

331
- Publicité -
Selon la Beac, les reserves de change de la sous-région restent sur une tendance baissière. Ceci en dépit des mesures prises et mises en œuvre.
Par Jean De Dieu Bidias
Après une baisse à 56,8% au 31 décembre 2016 des réserves de change, la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a espéré, en 2017, une remontée à 64,8%. Du moins pour les cinq pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). C’etait lors de la toute première session de son Comité de politique monétaire, fin mars dernier. Mais, elles sont demeurées sur une tendance baissière et s’établissent à 55% à mai 2017. Selon l’institut d’émission  cette tendance baissière est loin de se retourner. Ceci en dépit des mesures d’ajustement prises et mises en œuvre. Notamment le relèvement de son taux directeur de 50 points de base à 2,95%, le gel des plafonds d’avances statutaires aux Etats et le maintien des objectifs de refinancement des banques à un niveau inchangé.
Au terme d’une session extraordinaire du Comité de politique monétaire, tenue le 22 mai 2017 à Yaoundé, la Beac a, entre autres réformes, de réduit de 20% les objectifs de refinancement de deux pays de la sous-région dont la position en compte d’opérations est débitrice, et baissé de 10% l’objectif de refinancement de tout pays dont la position en compte d’opérations serait créditrice, mais dont le ratio du solde en compte d’opérations sur la circulation fiduciaire serait inférieure au seuil minimal de 15%.
Les mesures de politique monétaire ainsi prises sont complémentaires des efforts d’ajustement budgétaire fournis actuellement par les Etats membres de la Cemac, dont plusieurs sont en négociations avancées avec le Fmi, explique le gouverneur de la Beac et président du Comité de politique monétaire, Abbas Mahamat Tolli. Pour qui, la signature des accords avec le Fmi et l’aide attendue des bailleurs de fonds internationaux, dans le cadre des nouveaux programmes d’ajustement, « permettront aux pays de la Cemac de mobiliser des ressources importantes et indispensables à la consolidation de leur position extérieure ».

Contexte

Il est à rappeler cette érosion significative des avoirs extérieurs de la Cemac est principalement due aux contreperformances du secteur pétrolier, lesquelles se combinent aux coûts économiques du maintien de la sécurité dans les pays comme le Cameroun, le Tchad et la République centrafricaine. La crise économique a baissé la croissance en 2016, à 0,2%, contre 1,7% en 2015. De même, la cemac enregistre un  déficit budgétaire, 5,6% du Pib, contre 3,3% un an plus tôt. Pour les perspectives 2017, la Beac prévoit une reprise de la croissance économique réelle, avec un taux de 1,6.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP