Dimanche, 19 Novembre 2017
Accueil quotidien mutations sport Coupe d’Afrique des Nations de football :les nouvelles exigences de la Caf

Coupe d’Afrique des Nations de football :les nouvelles exigences de la Caf

100
- Publicité -
Les nouvelles exigences de la Caf

Les nouvelles exigences de la Caf sont connues. Le cahier des charges qui fait suite au passage à 24 équipes dans la compétition a été communiqué par la Confédération africaine de football. 

Par lucien Bodo

Au regard des derniers évènements, beaucoup d’observateurs de la scène footballistique africaine s’étaient attendus à une véritable révolution. Mais le nouveau
cahier des charges pour la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 et celles qui vont suivre, contient juste quelques réajustements. Ceux-ci touchent en grande partie les deux domaines qui animaient les débats jusqu’ici : les stades de compétitions
et d’entrainements et la communication.

Pour le reste, une petite étude comparative du document remis à votre rédaction par une source à la Caf, permet de constater que l’hébergement, le transport, la couverture médicale, ainsi que tous les autres secteurs n’ont pas connu de grands changements.

Les stades
Selon le nouveau cahier de charges disponible depuis le 11 août dernier, il faudra désormais six stades de compétition pour les candidatures individuelles. Les candidatures communes (co-organisation) nécessiteront huit stades au minimum. L’on constate d’emblée la disparition du concept de «ville ». Dans l’ancien format en effet c’est quatre villes différentes qui devaient recevoir les quatre groupes. Les infrastruc-
tures sportives avaient une capacité de 20 000 places minimum pour les matchs de groupe et 40 000 places minimum pour le match d’ouverture, les demi-finales et la finale.

Le format à 32 équipes quant à lui intègre des arènes d’une capacité d’accueil de 15 000 places. On a donc au final, deux stades de 15 000 places, deux stades de 20 000 et deux stades de 40 000 places. Il faudra également prévoir quatre vestiaires
bien aérées et ventilées par stade, avec tout le nécessaire : deux tables de massage, des coffres pour les joueurs, un bain de glace, des sanitaires et des toilettes opérationnelles, etc.

Les matchs continueront de se disputer sur une aire de jeu faite de gazon naturel conformément aux exigences de la Fédération internationale de football et association (Fifa). Un espace pour l’échauffement doit également être réservé. La Caf exige par ailleurs la présence d’écrans géants et de projecteurs pour assurer les matchs en nocturne.

Autrefois, chaque ville n’avait besoin que d’un terrain d’entrainement. Désormais, il en faudra au moins deux par site de compétition avec un site d’entrainement de réserve. L’aire de jeu est également recouverte de gazon naturel avec des pro-
jecteurs, des vestiaires suffisamment équipés, une ambulance stationnée en permanence à chaque séance d’entrainement.

Médias et communications
20 caméras HD par stade minimum. C’est ce qu’exige la Caf pour une retransmission optimale de toutes les rencontres qui vont se disputer. En clair, il faudra un minimum de 120 caméras pour toute la compétition. Une précision que l’ancien cahier des charges ne donnait pas. Mais ceci implique que la Crtv, qui a à cœur de produire le signal de diffusion de la Can 2019, doit encore se doter de nouveaux équipe-
ments. La télévision nationale dispose déjà de deux bus modernes à stations mobiles plus connus sous le nom de « OBVAN ».

Ce dispositif avait été expérimenté avec un certain succès lors la Can féminine organisée au Cameroun en 2016. Le défi sera donc celui de reproduire ou d’améliorer
les résultats obtenus précédemment, mais cette fois-ci dans un format encore plus large. Les exigences demeurent néanmoins les mêmes en ce qui concerne les dispositions prises à l’endroit des médias.

Il y aura une tribune média dont les capacités par stade n’ont pas changé (400 places minimum).Une salle pour les conférences de presse entièrement équipée doit également être aménagée. De fait, une connexion internet Wifi et filaire haut débit et du matériel de bureautique sont nécessaires dans les espaces presses et dans tous les bureaux.

Couverture médicale et sécurité
Chaque stade disposera d’un bureau de contrôle de dopage de la Caf et des ambulances seront stationnées en permanence dans les différents sites pour parer à toute éventualité. Il s’agit des lieux d’hébergement, d’entrainement et de com-
pétition. Une salle de premiers secours à l’accès facile doit aussi être prévue. Aucune innovation particulière toutefois pour ce qui est de la sécurité.

Le Cameroun satisfaire aux exigences de l’ancien cahier des charges pour ce qui est de ce domaine. Chaque stade devra donc avoir un centre d’opération de sécurité équipé de plusieurs écrans, eux-mêmes connectés aux caméras de surveillance à l’intérieur et à l’extérieur de l’infrastructure. Du reste, il faut des issues de secours, un système de haut-parleurs, ainsi que des installations de lutte contre les incendies. Des mesures de sécurité doivent en outre être prises pour assurer des séances d’entrainement sans incident.

Transport et logement
Rien de particulier non plus à relever à ce niveau. L’on retient néanmoins que le Cameroun s’engage à faciliter le transport à travers les différents sites des équipes, des officiels de la Caf et des représentants des médias si besoin. Mesures iden-
tiques en ce qui concerne l’hébergement. Les logements doivent par ailleurs disposer d’équipements d’entrainement convenables. Le Cameroun sait donc désormais clairement ce qui est attendu de lui.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP