Lundi, 18 Juin 2018
Accueil quotidien mutations societe La plainte du consortium des parents jugée inopportune par les évêques

La plainte du consortium des parents jugée inopportune par les évêques

313
- Publicité -
Les évêques du Cameroun

 

 

Les évêques du Cameroun  ont tenu le 25 avril 2017 à leur 42ème assemblée plénière.

Par Marguerite Papana

Position claire et limpide. Au lendemain de la tenue de leur 42ème assemblée plénière, les évêques du Cameroun se prononcent sur la plainte du consortium des parents d’élèves déposée contre les évêques de Bamenda. « L’assignation des évêques de la province ecclésiastique de Bamenda en justice est inopportune et contreproductive, surtout en ce moment grave où tout le Cameroun est mobilisé pour une solution rapide et pacifique de la crise», peut-on lire dans le message que signe Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala et président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun.

Ces deux sujets (crise anglophone et plainte du consortium adressée aux évêques anglophones, Ndlr) constituaient la préoccupation phare de la conférence épiscopale lors de l’assemblée générale qui vient de s’achever. Par ailleurs, le 25 avril dernier, lors de la cérémonie d’ouverture de la 42ème session plénière des évêques, lorsque l’archevêque de Bamenda, Cornelius Fontem Esua exprimait sa surprise par rapport à cette plainte et estimait avoir affaire à un consortium fantôme, Mgr Kleda, quant à lui, était resté sur ses positions. Devant la presse, il jugeait inutile de s’appesantir sur cette plainte, mais appelait plutôt à la construction. Ce « qui est important  est de chercher ce qui construit et non ce qui détruit », avait-il martelé.

Pour mémoire, la plainte du  lieutenant-colonel Terence Sama et du colonel Tamambang contre le prélat date du 12 avril dernier. Les motifs sont divers : refus d’enseigner après la collecte des frais de scolarité et le refus de rembourser. Ceci intervient après la grève des enseignants lancée depuis le 21 octobre 2016. C’était dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (Ndlr). Le consortium des parents exige 150 milliards de Fcfa de dommages-intérêts. L’audience initialement prévue le 21 avril dernier devant le tribunal de première instance (Tpi) de Bamenda a été reportée. La nouvelle date  jusqu’ici reste inconnue.

Arrestations

Les évêques se sont prononcés sur la détention de tous ceux qui ont été interpellés dans cette crise dite anglophone. Que «les prévenus voient leur sort clarifié selon un discernement judiciaire et approprié », précise le message des évêques. Depuis le début de la crise, des interpellations n’ont pas cessé de pleuvoir. Récemment, 25 jeunes gens avaient été interpellés pour fait d’hostilité contre la patrie, dégradation de biens publics, pillage en bande, acte de terrorisme, etc. Les noms les plus connus sont ceux de Félix Nkongho Agbor, avocat, Fontem Aforteka’a Neba, enseignant à l’Université de Buea et Momcho Belixy, animateur radio.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP