Mardi, 11 December 2018
Accueil quotidien mutations societe Les conseils de Jean Marie Atangana Mebara aux gestionnaires de la fortune publique

Les conseils de Jean Marie Atangana Mebara aux gestionnaires de la fortune publique

348
- Publicité -

À vous qui avez quelque raison de penser que vous êtes dans le viseur, ou simplement que vous pourrez un jour être dans le viseur de l’opération « Epervier».

À vous qui pensez avoir essayé, toute votre carrière durant, d’être un serviteur de l’Etat, pratiquant la probité et l’intégrité comme des moines leurs vœux, mais que épervier pourrait aussi chercher, voire attraper ; À vous aussi qui pilotez cette opération ou qui en êtes les instruments volontaires ou involontaires, vous qui pensez bénéficier d’une immunité à vie du fait de vos fonctions actuelles et qui pensez n’avoir jamais à faire avec une telle opération, ce qui suit pourrait vous être utile un jour. Voici quelques infos, quelques trucs qu’il est bon de connaître ; j’y ajoute volontiers quelques conseils que mon expérience me permet de partager avec vous aujourd’hui. Il s’agit de choses sans importance, lorsque vous êtes en liberté. D’ailleurs je ne leur accorde pas non plus une importance vitale. Mais je pense que vous pouvez y trouver quelque utilité, même minime. Elles ne sont pas classées par ordre d’importance. J’ai essayé, par souci de commodité pratique, de les regrouper par secteur ou zone d’intérêt ou d’activité. Tout le monde n’est pas obligé de tout lire.

I. Dès les premières rumeurs sur l’envoi des services du contrôle supérieur de l’État dans la structure que vous dirigez, que vous avez dirigé ou qui vous emploie

1) Renseignez-vous auprès de cadres de ces services, si vous en connaissez qui ont votre confiance. Mieux encore, vous pouvez, si vous avez des relations au Secrétariat Général de la Présidence, essayer d’obtenir la bonne information confirmant ou non l’envoi d’une mission de contrôle. Ne sollicitez pas les Ministres pour ce type de renseignement ; comme chacun a peur de perdre son maroquin, aucun ne vous donnera la bonne information. Les courageux et honnêtes vous diront qu’ils sont tenus par une obligation de réserve ; les falots, (et il pourrait s’en trouver même parmi les ministres du gouvernement) vous diront qu’ils ne sont pas au courant. Tant que vous êtes en situation de vous faire quelques amis, veillez à en avoir parmi les Conseillers, Chargés de Mission et Attachés de la Présidence ; cela peut toujours servir. Comme il s’agit généralement de hauts fonctionnaires, ils pourront vous faire quelques confidences indirectes, sans violer le secret des dossiers qu’ils traitent. En tout cas, il faut savoir se faire un petit réseau d’information aux endroits stratégiques. Je ne vous conseille pas ces méthodes de basse corruption consistant à couvrir de cadeaux, sinon à rémunérer les secrétaires ou assistantes des hautes personnalités du Secrétariat général de la Présidence de la République. Je peux vous dire que certains l’ont fait de manière efficace ; mais je trouve ces méthodes ignobles.

2) De toutes les façons, dès ces premières rumeurs, fondées ou non, commencez à mettre en ordre vos dossiers, particulièrement les documents relatifs à la gestion que vous avez assurée dans le cadre de votre poste actuel ou de votre poste précédant. Il faut surtout veiller à obtenir et à mettre en sécurité, copie ou photocopie de tout document dont vous pourriez avoir besoin un jour, pour établir que vous avez toujours exercé vos fonctions en respectant les lois et les règlements de la République. Soyez conscient que cet Epervier-là vient toujours comme un voleur, vous laissant à peine le temps de vous retourner. Et si vous êtes pris dans ses griffes, vous vous rendez compte, tardivement, des difficultés à obtenir, même de vos collaborateurs les plus « fidèles » d’hier, le moindre document, la moindre information pouvant vous aider à défendre votre cas.

3) Faites un bilan de santé aussi approfondi que possible ; veillez aussi à recevoir ou actualiser les vaccins essentiels, contre la tuberculose, la méningite, le tétanos, la typhoïde, le choléra …. Ce sont des choses qui pourraient ne plus vous être d’un accès facile pendant quelques temps, dès que vous êtes pris.

4) Si vous avez quelque différend avec votre épouse, vos frères et/ou sœurs, vos enfants, résolvez-le ; trouvez les solutions appropriées aux problèmes de famille qui relèvent de votre autorité ou de votre intérêt. Le seul havre de paix à préserver à tout prix, quand on peut être menacé par Epervier, c’est sa famille ; les plus fidèles et sincères attentions viennent souvent des membres de la famille ; pas exclusivement heureusement. Mettez votre orgueil de côté, et vous vous rendrez vite compte qu’à dire vrai, il n’y a pas de problème insoluble en famille. Au fil des mois et des années passées derrière les barreaux, j’ai acquis la conviction que le temps et l’éloignement sont les remèdes les plus efficaces contre les problèmes de famille ; par ailleurs j’ai le sentiment profond que Dieu et tout l’univers complotent toujours en faveur de ceux qui recherchent la paix entre les hommes.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP