Dimanche, 9 December 2018
Accueil quotidien mutations economie Léonard Ambassa : « La comptabilité est une exigence de gouvernance »

Léonard Ambassa : « La comptabilité est une exigence de gouvernance »

381
- Publicité -
Au sortir d’un business talk le 04 septembre dernier, le président de l’Onecca parle des innovations de la nouvelle déclaration statistique et fiscale dans le système Ohada.
Par Lucien Bodo et Andréa Lentchou (Stagiaire)
De manière concrète et simplifié, présentez-nous la nouvelle déclaration statistique et fiscale (Dsf).
La réforme qui a été faite subit une influence de la comptabilité internationale. Ce nouveau système comptable a bouleversé l’ancienne déclaration scientifique et fiscale. Et maintenant, on a donné l’autonomie aux Etats, lesquels peuvent présenter chacun sa déclaration. C’est dessus qu’on a travaillé pendant longtemps avec le directeur général des impôts qui a mis des comités en place pour mener cette réflexion. Comme les études ont déjà abouti, il mène déjà le document vers la signature d’un décret par le Premier ministre. Alors, de notre côté, nous faisons un peu ce qu’on peut appeler de la réactivité, c’est-à-dire préparer le contribuable de demain à comprendre l’alignement des tableaux qui vont entrer en vigueur et le volume de ces tableaux pour qu’ils soient prêt le 15 mars 2019, date d’entrée en vigueur du nouveau système.
Qu’est-ce qui change avec cette nouvelle déclaration ?
Nous allons partir à peu près d’une cinquantaine de tableaux à une quatre-vingtaine. Vous avez attendu tout à l’heure comment le responsable de l’institut nationale de la statistique disait que le taux de remplissage de ces tableaux était faible. Or, le législateur a dit que lorsque vous remplissez ces tableaux, vous commencez par remplir des choses qui sont applicables dans votre cas et dès que vous avez donné les choses qui sont applicables dans votre cas, je veux donc retrouver pour chaque compte la note où vous partez expliquer les informations de synthèses que vous avez mises. Il y a 39 tableaux qui viennent de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires .
Peut-on dire qu’on tend vers une plus grande sincérité dans les déclarations ?
Bien évidemment quand on dit que tu fais ta propre déclaration, on joue sur quelque chose qui est important. Il y a déjà des gens qui demandent si  la comptabilité ne leur apporte pas un travail en plus. D’autres disent que le chef de l’Etat a parlé de simplification. Non. La comptabilité est une exigence de gouvernance et notre société veut créer plus de richesses. Si on crée plus de richesses, ce ne sont pas les petits banquiers qui donnent plus d’argent. Non ! C’est à la bourse qu’on part ramasser tout l’argent. Et à la bourse, pour qu’on vous donne de l’argent, il faut montrer que votre information est de qualité et la première chose qui fait la qualité d’une information c’est la sincérité.
Est-ce qu’elle a été remplie sincèrement sans une intention de tromper les gens ?
Pouvez-vous énumérer les avantages de cette nouvelle déclaration comparée à l’ancien système ?
Non. Ce n’est pas la déclaration qui donne un avantage, c’est le système comptable qui est caché derrière. Et cet avantage dont je parle oblige la comptabilité à être très sincère. Et en l’obligeant à être très sincère, on l’oblige à avoir beaucoup plus de tableaux. Que le public n’aille pas dire demain que c’est l’Etat du Cameroun qui a créé les tableaux. Ce n’est pas l’Etat du Cameroun, c’est une législation supranationale qui concerne 17 Etats. Plus les gens déclarent effectivement ce qu’ils font, mieux par exemple ils vont payer les impôts. Beaucoup de nouveaux investisseurs vont également venir au Cameroun parce qu’ils vont trouver que le système est transparent. Ça veut dire que quand ils font leurs affaires ils n’auront pas d’obstacles. Plus ceux-là vont aller à la bourse, plus les capitaux vont circuler et plus on aura un bon taux de croissance. La nouvelle information c’est aussi un facteur de lutte contre la corruption.
Quelle est la place du Cameroun dans tout ce système Ohada par rapport à l’application de la nouvelle Dsf ?
Je vous ai dit tout à l’heure que le directeur général des impôts a eu une très grande capacité de réactivité parce que dès qu’il y a eu changement, il a demandé à ce que l’Ordre national des experts comptables (Onecca) tienne des formations avec ses plus hauts collaborateurs. Ce que nous avons fait. Ça ne touche pas que la Dsf. la Dsf n’est qu’un pan. Il existe un pan sur la législation qui devrait ressortir dans la prochaine loi de finances. Il y a ensuite un pan qui concerne la formation de tous les inspecteurs qui vont recevoir cette déclaration. Le dernier aspect concerne la dimension physique et palpable. Qu’est ce qu’on ira déclarer ? Et maintenant si c’est vite fait, il y a des gens qui peuvent développer les applications puisque que les impôts sont maintenant informatisés et on peut tout traiter en ligne.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP