Mercredi, 24 Juillet 2019
Accueil quotidien mutations sante La varicocèle. Dr Achille Aurèle Mbassi : « 80% d’hommes touchés par une infertilité secondaire présentent une varicocèle »

La varicocèle. Dr Achille Aurèle Mbassi : « 80% d’hommes touchés par une infertilité secondaire présentent une varicocèle »

615
- Publicité -

Urologue à l’Hôpital central de Yaoundé, il indique par ailleurs qu’à ce jour, aucun traitement ou précaution ne permet de prévenir l’apparition de cette maladie.
Par Guy Martial Tchinda
Vous êtes réputé comme l’un des meilleurs urologues du traitement chirurgical de la varicocèle. Comment définissez-vous cette maladie ?
La varicocèle est une pathologie masculine fréquente dans notre pratique quotidienne. Elle se traduit par une importante dilatation des veines du cordon spermatique, cordon fibreux situé dans les bourses au-dessus de chaque testicule, et les reliant chacun au scrotum.
La varicocèle ne touche généralement qu’un côté, majoritairement le gauche du fait de l’anatomie du réseau veineux des organes génitaux masculins. Du côté gauche, le sang du testicule est drainé vers la veine rénale, tandis qu’à droite il l’est vers la veine cave, où la pression est plus faible que dans la veine rénale.

Qu’est ce qui cause cette maladie ?
On ne connait pas exactement la physiopathogénie de la varicocèle, si ce n’est un mauvais fonctionnement des valvules unidirectionnelles contenues dans les veines et qui permettent le flux du sang des testicules vers le cœur. En temps normal, le sang des veines du cordon spermatique doit rejoindre les veines plus importantes que sont la veine rénale gauche et la veine cave inférieure.
En cas de varicocèle, pour des raisons encore inconnues, une des valvules ne fonctionne pas correctement. Le sang veineux reflue, s’accumule et occasionne une dilatation des veines situées dans le cordon spermatique.
Toutefois, un certain nombre de facteurs sont reconnus comme favorisant le développement d’une varicocèle notamment, le tabac, l’obésité, la sédentarité ou tout autre facteur de risque vasculaire.

Comment la diagnostique-t-on ?
Le diagnostic est clinique : par palpation et examen visuel, le médecin-urologue recherche des dilatations variqueuses au-dessus des testicules. En cas de doute, une échographie est réalisée afin de confirmer la présence de la varicocèle et écarter toute autre pathologie (hernie inguinale, kyste du cordon spermatique, épanchement de liquide dans la bourse, tumeur du testicule…). Les images feront apparaitre des veines anormalement grosses et une stagnation sanguine.
Chez un couple rencontrant des difficultés à avoir un bébé, lors du bilan d’infertilité chez l’homme, le médecin pratique systématiquement un examen clinique pour dépister une éventuelle varicocèle.

Comment se manifeste la varicocèle ?
Le plus souvent, la varicocèle est asymptomatique et n’entraîne aucune gêne. Elle reste alors méconnue, ou est découverte fortuitement ou lors d’un bilan de fertilité. Parfois, la varicocèle se manifeste par une augmentation du volume du testicule, une sensation de pesanteur au niveau de la bourse, voire des douleurs accentuées à la station debout prolongée, lors d’un effort physique ou par temps chaud.

Parlez-nous des complications de la varicocèle.
La varicocèle n’a aucune conséquence sur la fonction érectile et la sexualité, et chez certains hommes, elle n’entraîne aucune gêne ni complication. Lorsqu’elle est de volume important, elle peut occasionner une sensation de pesanteur, voire des douleurs qui s’accentuent au fil du temps. Elle peut également avoir des conséquences sur le développement et le fonctionnement du testicule avec une atrophie testiculaire et, vraisemblablement, des problèmes de fertilité.
Les chiffres font en effet suspecter un impact de la varicocèle sur la fécondité : 35 % des hommes touchés par une infertilité primaire présentent une varicocèle, 80% lorsqu’il s’agit d’une infertilité secondaire, contre seulement 15 % dans la population générale. Chez nous à l’hôpital central de Yaoundé, 70% des infertilités masculines sont liées à une varicocèle. Le lien entre varicocèle et infertilité n’est toutefois pas confirmé et les éventuels mécanismes en jeu ne sont pas élucidés. Plusieurs hypothèses sont cependant avancées : les varicocèles pourraient provoquer, par stagnation sanguine, un réchauffement du testicule néfaste à la spermatogenèse. Le mauvais retour veineux pourrait également entraîner une stagnation des substances toxiques, comme celles du tabac, dans la circulation sanguine, avec un impact sur la spermatogenèse. Le reflux de métabolites surrénaux et rénaux pourrait également nuire à la production de spermatozoïdes. A noter cependant qu’un homme avec une varicocèle peut aussi n’avoir aucun problème de fertilité.

Peut-on en guérir ? Si oui, en quoi consiste le traitement ?
Si la varicocèle est peu développée et n’entraîne aucune gêne, l’abstention thérapeutique est préconisée. En cas de douleurs rebelles, le traitement améliore la qualité de vie.
En cas de troubles de la fertilité, les liens entre varicocèles et hypofertilité n’étant pas confirmés, il y a débat sur la nécessité de traiter ou non la varicocèle. Un consensus semble toutefois se faire : en cas de varicocèle nette associée à des anomalies du spermogramme, le traitement de la varicocèle est conseillé.
Ce traitement consiste à obturer la veine spermatique dilatée, généralement par ligature sous anesthésie locorégionale ou par embolisation vasculaire sous anesthésie locale. L’embolisation des varicocèles est également un traitement. Un traitement par voie veineuse qui va permettre sans anesthésie générale de réaliser l’embolisation de la veine alimentant la varicocèle afin de mettre fin à ses conséquences douloureuses ou à ses conséquences sur la fertilité. Par voie veineuse, on peut traiter une varicocèle bilatérale par un seul point d’entrée
Chez nous, seule la ligature chirurgicale est réalisable et donne de bons résultats. Dans plus de la moitié des cas, cette intervention permet d’améliorer la qualité du sperme et les caractéristiques spermatiques. Parfois, aucune amélioration n’est constatée, mais le traitement n’entraîne jamais une dégradation du sperme.

Comment prévenir la varicocèle?
A ce jour, aucun traitement ou précaution ne permet de prévenir l’apparition d’une varicocèle.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP