Mardi, 12 Novembre 2019
Accueil quotidien mutations maladie au scanner La toxoplasmose. Dr Lewis Kaze Fofou: « Elle peut entraîner la mort fœtale in utéro ou un accouchement prématuré »

La toxoplasmose. Dr Lewis Kaze Fofou: « Elle peut entraîner la mort fœtale in utéro ou un accouchement prématuré »

627
- Publicité -

Consommer la viande bien cuite, bien laver les fruits et légumes avant de les consommer, désinfecter la litière du chat, sont quelques conseils du médecin généraliste pour éviter cette maladie qui est aussi responsable d’un retard psychomoteur de l’enfant.

Par Guy Martial Tchinda

Comment peut-on définir la toxoplasmosp ?

La toxoplasmose est une anthropozoonose (maladie infectieuse commune aux animaux vertébrés et à l’homme) due à un parasite appelé Toxoplasmagondii.

Qu’est ce qui cause cette maladie ?

Toxoplasma gondii est le parasite responsable de la toxoplasmose. C’est est un protozoaire intracellulaire appartenant à la famille des coccidies. Il présente trois stades infectieux au cours de son cycle évolutif: les tachyzoïtes sont très fragiles et leur multiplication intracellulaire est rapide ; les bradyzoïtes sont regroupés au sein des kystes (forme de résistance intracellulaire) ; les sporozoïtes sont présents au sein des oocystes (forme de résistance dans le milieu extérieur).

Quels sont les réservoirs du parasite ?

Toxoplasma gondii  est l’un des parasites les plus répandus sur le plan géographique, mais également sur le plan zoologique. Ses réservoirs sont à la fois des réservoirs animaux (mammifères, oiseaux), mais aussi des réservoirs tellurique et hydrique.

Comment s’effectue la contamination ?

La transmission à homme se fait habituellement par l’ingestion de kystes contenus dans la viande insuffisamment cuite (principalement viande de mouton, de porc, de gibier), et plus rarement par absorption d’oocystes contenus dans des aliments (végétaux crus) ou de l’eau contaminés par des fèces de chat ou de félidés sauvages.

Les femmes enceintes constituent un groupe à risque. Le risque de transmission materno-fœtale augmente avec l’âge de la grossesse. Cette transmission materno-foetale s’effectue par le passage transplacentaire du parasite au décours de la parasitémie maternelle entrainant ainsi la toxoplasmose congénitale.

Comment se manifeste la maladie ?

On va distinguer trois grandes entités cliniques de la toxoplasmose: la toxoplasmose acquise du sujet immunocompétent. Elle est asymptomatique chez plus de 80% de cas. La primo-infection symptomatique peut se manifester par la fièvre, la fatigue, les adénopathies préférentiellement cervicales, un rash cutané. L’évolution est spontanément résolutive. Les kystes restent présents dans l’organisme (principalement dans l’œil, le cerveau, le cœur et les muscles) pendant la vie entière, sans entraîner de symptôme tant que le système immunitaire reste compétent.

On a aussi la toxoplasmose acquise du patient immunodéprimé. La toxoplasmose est une infection grave en cas d’immunodépression. Elle est liée à la réactivation de kystes latents de Toxoplasma gondii. La toxoplasmose est une infection opportuniste majeure au cours du Vih/Sida. Elle peut se manifester par des signes d’encéphalite (céphalées, fièvre, crises comitiales, troubles de la vigilance, trouble de l’équilibre, déficit moteur) témoignant d’une atteinte cérébrale. Les atteintes oculaire, pulmonaire, cardiaque ont été rapportées.

Nous avons enfin la toxoplasmose congénitale. Le risque de transmission materno-fœtale augmente avec l’âge de la grossesse. Mais les conséquences sont d’autant plus graves que le fœtus est jeune. La toxoplasmose congénitale peut entraîner la mort fœtale in utéro, l’accouchement prématuré ou à terme d’un enfant présentant un tableau de toxoplasmose polyviscérale mortelle. Elle se caractérise par des retards psychomoteurs, des calcifications intracrâniennes, une hydrocéphalie ou plus rarement une microcéphalie, des troubles du tonus et des troubles oculaires.

Comment se fait le diagnostic de la toxoplasmose ?

Le diagnostic de la toxoplasmose est confirmé par les examens complémentaires. On distingue des méthodes de diagnostic direct et indirect. Le diagnostic direct consiste à mettre en évidence le parasite (Toxoplasma gondii) dans les prélèvements (sang, biopsie, liquide céphalorachidien, lavage bronchoalvéolaire, liquide amniotique etc.). Le diagnostic indirect quant à lui est sérologique et recherche les anticorps dirigés contre le Toxoplasmagondii.

Le diagnostic de toxoplasmose aiguë repose sur l’observation de l’ascension significative du titre des IgG (Immunoglobuline G) en trois à quatre semaines d’intervalle, associée à la présence d’IgM(Immunoglobuline M). Chez l’immunodéprimé, le dosage des IgG est peu sensible pour poser le diagnostic d’une toxoplasmose évolutive. L’approchediagnostique en zone tropicale repose sur le contexte épidémiologique, les aspects tomodensitométriques et l’épreuve thérapeutique.

Chez la femme enceinte, le diagnostic sérologique est particulièrement utile et doit être pratiqué au cours du premier trimestre. Si les IgG et IgM sont négatifs, la femme n’est pas protégée et il faut faire un diagnostic sérologique tous les mois jusqu’à l’accouchement. Si les IgG et IgM se positivent au cours de la grossesse, c’est une séroconversion et le diagnostic de toxoplasmose acquise au cours de la grossesse est posé. Le diagnostic prénatal se fait par la recherche de Toxoplasma gondii dans le liquide amniotique par amniocentèse et la pratique mensuelle d’une échographie.

Quel est le traitement de la toxoplasmose ?

La toxoplasmose acquise du sujet immunocompétent guérit le plus souvent sans traitement.

Il existe des médicaments efficaces contre la toxoplasmose. Le traitement dépend de chaque entité clinique et doit être effectué par un personnel de santé qualifié.

Au cas où la maladie n’est pas traitée, quelles peuvent en être les complications?

Les complications de la toxoplasmose sont fonction de l’entité clinique : La toxoplasmose congénitale peut être responsable de l’avortement, de la mort fœtale in utéro, d’un retard psychomoteur, des calcifications intracrâniennes, d’une hydrocéphalie, une atteinte oculaire (choriorétinite), du décès du nouveau-né. La toxoplasmose de l’immunodéprimé peut conduire à un ralentissement psychomoteur, à une cécité, au décès.

Quelle est l’ampleur de la maladie au Cameroun?

La toxoplasmose est une affection parasitaire cosmopolite et ubiquitaire. Sa prévalence varie selon la région géographique, car elle est fonction de l’exposition aux facteurs de risque. Au Cameroun sa prévalence n’est pas uniforme.

Comment prévenir la maladie ?

Il n’existe pas encore un vaccin contre la toxoplasmose chez l’humain. La prévention repose sur l’éducation sanitaire des populations et sur le respect des bonnes pratiques hygiéniques et alimentaires.

Chez la femme enceinte, le test sérologique doit être effectué précocement afin d’éviter une éventuelle séroconversion ainsi qu’une transmission fœtale. Pour éviter les risques de la toxoplasmose congénitale, on recommande à la femme enceinte séronégative de : consommer la viande bien cuite, laver les fruits et légumes avant de consommer, laver les mains et les instruments après la manipulation de la viande crue, éviter tout contact avec la litière d’un chat (sinon la nettoyer quotidiennement avec de l’eau bouillante), porter des gants en cas de jardinage.

Les prophylaxies primaire et secondaire seront administrées au patients immunodeprimés en fonction du déficit immunitaire.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP