Mercredi, 24 Juillet 2019
Accueil quotidien mutations maladie au scanner La syphilis. Dr Dominic Leandry Wouna Angong : « Le traitement est peu coûteux et très rapidement efficace »

La syphilis. Dr Dominic Leandry Wouna Angong : « Le traitement est peu coûteux et très rapidement efficace »

300
- Publicité -

Le médecin généraliste recommande l’abstinence, l’utilisation du préservatif lors des rapports sexuels et la fidélité pour les couples comme moyens de prévention de cette maladie.
Par Guy Martial Tchinda
Comment peut-on définir la syphilis ?
La syphilis est une infection sexuellement transmissible (Ist). Elle traduit une sexualité à risque de contracter d’autres maladies sexuellement transmissibles : gonococcie, infections à Chlamydia trachomatis, hépatite B, infection par le virus de l’immunodéficience humaine (Vih).

Quelle en est la cause ?
La syphilis est une tréponématose vénérienne (maladie causée par des tréponèmes, Ndlr) due à Treponema pallidum. Le réservoir est exclusivement humain et la transmission sexuelle. Le dépistage et le traitement doivent empêcher la survenue des complications graves de la phase tertiaire.

Comment se manifeste-elle ?
Nous avons une phase d’incubation. Elle dure, en moyenne, 21 jours. Elle est en fait extrêmement variable mais généralement longue. Elle sépare le rapport sexuel contaminant de l’apparition du chancre syphilitique (J0 étant défini par le début du chancre).
Cette première phase est suivie par la syphilis primaire. Elle est caractérisée par l’apparition d’un chancre syphilitique qui est une érosion superficielle rose, bien limitée, non inflammatoire, indolore laissant sourdre une sérosité, devenant indurée après quelques jours et s’accompagnant après 4 à 5 jours d’une adénopathie unilatérale, indolore, non inflammatoire. L’ensemble chancre plus adénopathie constitue le complexe primaire ; les adénopathies sont le plus souvent inguinales (organes génitaux externes, anus), plus rarement, intra-abdominales (col utérin, rectum).
Ce chancre est, le plus souvent, muqueux et génital (gland, sillon balano-préputial, méat chez l’homme ; vulve, col utérin, vagin chez la femme). Mais, le chancre peut également être anorectal (quelquefois douloureux), labial, amygdalien, voire siéger en dehors des muqueuses. Le chancre syphilitique est, le plus souvent, unique.
Nous avons enfin la syphilis secondaire. Sa durée est en règle inferieure à un an. Elle est liée à la diffusion systémique du tréponème. Elle est marquée par plusieurs éruptions cutanéomuqueuses entrecoupées de phases asymptomatiques de quelques semaines ou moins. A ces éruptions, s’associent des signes tels que la fièvre ou la fatigue et sont d’intensité très variable.

Peut-on contracter la maladie plusieurs fois ?
Il est possible de contracter la syphilis a de nombreuses reprises. La transmission de la syphilis se fait à partir de lésions syphilitiques érosives ou ulcérées : chancre primaire, syphilides érosives, plaques muqueuses. Elle peut donc se faire à l’occasion de rapports de pénétration mais, également, lors des rapports bucco-génitaux, voire par le baiser profond.

Parlez-nous des complications de la syphilis.
Si cette infection sexuellement transmissible n’est pas traitée, elle peut alors être la cause de lésions d’organes internes tels que le cerveau, le cœur et les vaisseaux, les reins etc. A ce stade de la maladie, on parle de syphilis tertiaire qui peut, avec le temps, entrainer le décès.

Peut-on en guérir ?
Il est possible de guérir de cette infection après un traitement bien conduit par le malade et le(s) partenaire(s) sexuel (s) et l’éviction des comportements à risque pendant les rapports sexuels.

Comment la diagnostique-t-on ?
Le diagnostic de la syphilis repose sur : le contexte (interrogatoire : notion d’ulcérations génitales) ; la réalisation des prélèvements des lésions érosives ou ulcérées avec recherche de tréponèmes au microscope à fond noir ; les sérologies syphilitiques sont toutes positives : TPHA, VDRL et FTA-abs test avec des titres élevés. Lorsque le diagnostic n’est pas fait, la biopsie peut être évocatrice (présence de nombreux plasmocytes dans l’infiltrat dermique).

En quoi consiste le traitement ?
La pénicilline G reste le traitement le plus efficace contre la syphilis. Aucun cas de résistance de Treponema pallidum à la pénicilline n’a été décrit ; la longueur du temps de division du tréponème (33 heures en cas de syphilis précoce) impose d’assurer un taux tréponémicide de pénicilline dans les tissus pendant au moins 10 jours.
La benzathine benzylpénicilline (Extencilline) est la forme la plus adaptée (pénicilline long-retard), permettant en une seule injection intramusculaire d’assurer un taux tissulaire tréponémicide de pénicilline pendant 15 jours. Ce traitement est facile à administrer, peu coûteux et très rapidement efficace (disparition des tréponèmes des lésions en moins de 48 heures).

Combien coûte le traitement et combien de temps dure-t-il ?
Le traitement en lui-même, d’après les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) est une injection de Benzyl pénicilline qui coûte environ 2000 Fcfa en pharmacie. Mais, en pratique courante, chaque médecin adopte souvent son protocole parce qu’il estime qu’une injection est peu. Après, il faudra faire des contrôles pour voir si le traitement a fonctionné.

Certains tradipraticiens disent pouvoir traiter la maladie avec des plantes. Quel est le degré d’efficacité de celles-ci ?
L’évaluation de l’efficacité thérapeutique de nouveaux médicaments doit passer par des canons scientifiques bien spécifiques. Aucune étude à ce jour n’est disponible témoignant de l’efficacité de ces plantes traditionnelles. On ne saurait donc affirmer de leurs propriétés curatives en l’absence de données fiables.

Peut-on prévenir la syphilis ?
Contracter la syphilis témoigne d’une sexualité à risque. Une information sur la prévention des Ist est indispensable. L’abstinence, l’utilisation d’un préservatif lors des rapports sexuels et la fidélité pour les couples s’avèrent donc primordiales pour la prévention de cette infection.

Existe-t-il des vaccins contre la syphilis ?
A ce jour, il n’existe pas de vaccins contre la syphilis.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP