Jeudi, 17 Octobre 2019
Accueil quotidien mutations maladie au scanner La gale. Pr Anne-Cécile Zoung-Kanyi Bissek: « La prise en charge précoce permet d’éviter les complications »

La gale. Pr Anne-Cécile Zoung-Kanyi Bissek: « La prise en charge précoce permet d’éviter les complications »

328
- Publicité -
Présidente de la Société camerounaise de dermatologie (Socaderm), la dermato-vénérologue insiste sur l’observance des règles d’hygiène et la nécessité de traiter dans le même temps, toutes les personnes partageant le même environnement que le patient, comme mesures préventives de cette maladie.
Par Guy Martial Tchinda et Agnès Esthère Messomo (stagiaire)
Comment définissez-vous la gale et quelle en est la cause ?
La gale est une maladie parasitaire très contagieuse, due à un parasite qu’on appelle sarcoptes scabiei. C’est une maladie assez courante qui touche aussi bien les enfants que les adultes. Concernant les enfants, nous avons deux périodes cruciales chaque année où nous les recevons : au début des vacances,  lorsque  des enfants atteints sortent des internats. L’autre période au cours de laquelle nous recevons un grand nombre de patients c’est au moment de la rentrée à la suite des grands mouvements des vacances, lorsque les parents font le point des petits problèmes de santé avant la rentrée scolaire.
Parlez-nous des facteurs de risque de cette maladie.
En général, c’est le contact peau contre peau qui entretient la transmission de la gale. Ainsi, le fait qu’une personne atteinte dorme dans le même lit qu’une personne non atteinte peut favoriser la transmission ; une mère atteinte de la gale  qui porte son nourrisson va transmettre la maladie à son enfant ; un homme atteint va la transmettre à son épouse qui partage le même lit que lui. Vous comprenez que finalement lorsqu’une seule personne dans la maison est atteinte de la gale,  c’est toute la famille qui sera rapidement touchée. Lorsqu’on a un enfant qui se gratte de manière féroce le soir, il faut observer les autres et les amener en consultation.
Quels sont les symptômes de cette maladie ?
Elle se manifeste par une éruption de petits boutons qui démangent énormément. Ces démangeaisons sont aggravées le soir et, peuvent gêner le sommeil. Ce qui est très souvent révélateur c’est que celui qui se gratte   n’est pas la seule personne à se gratter dans son environnement familial. En effet, la gale est une maladie familiale.   Très souvent, les parents n’amènent à l’hôpital que l’enfant qui se gratte le plus. Mais  lorsque l’on commence à interroger, ils se rendent compte qu’eux aussi sont dans la même situation, même s’ils n’ont pas autant de boutons que  celui qui consulte.
En quoi la gale peut-elle se compliquer ?
La gale en elle-même n’est pas mortelle. Mais, quand on se gratte avec les mains sales, on va se surinfecter c’est-à-dire qu’on va apporter d’autres germes au niveau des lésions initiales de la gale. On parle de surinfection bactérienne qui, lorsqu’elle n’est pas rapidement traitée, peut entrainer des complications rénales. Pour le dermatologue, il est urgent de traiter la gale et l’éventuelle surinfection qui pourrait l’accompagner.
Comment diagnostique-t-on la gale ?
Un médecin généraliste ou un infirmier devrait pouvoir diagnostiquer la gale parce que ce sont les leçons enseignées au cours de leur formation. Il est question de reconnaitre les symptômes que nous avons énumérés plus haut à savoir : la présence des démangeaisons qui augmentent d’intensité le soir et qui sont familiales ; la présence des boutons localisés dans des zones  telles que : les fesses, les cuisses, les poignets, entre les doigts.
En quoi consiste le traitement ?
Lorsqu’on parle de gale, le traitement doit être familial ou communautaire. Si un enfant a la gale dans un internat, cela suppose qu’on doit traiter toutes les personnes avec qui le patient partage la même chambre ; si par contre, c’est un enfant de la maison, c’est toute la maisonnée qu’il faut traiter. En général, le traitement est très simple et se fait à l’aide d’un badigeon au  benzoate de benzyl. On l’applique sur tout le corps en respectant le visage  et on le garde pendant un minimum de 12 heures pour les enfants et davantage pour les adultes.   Le traitement est certes simple mais il faut savoir que plus on traîne à le démarrer, plus la maladie se repend et par conséquent on a davantage de personnes à traiter et à ce moment-là il devient coûteux.
A côté de ce traitement de la peau, il y a le traitement du linge de corps, de lit, de toilette ; il y a le grand ménage à faire dans la chambre. Ces mesures d’hygiènes sont à observer sinon on retombe dans l’infection et  tout est à reprendre à partir du point zéro. On doit donc savoir  que lorsque le traitement pour gale doit débuter, on ne doit pas se limiter à traiter celui qui s’est présenté en consultation en attendant d’avoir assez d’argent pour continuer avec les autres. La maladie ne fera que s’étendre et  on parlera alors du « Came no go ». Il est préférable de réunir tous les fonds nécessaire pour traiter tout le monde en même temps.
Combien coûte le traitement médicamenteux ?
En principe le flacon de benzoate de benzyl ne doit pas excéder 3000 Fcfa  et un flacon peut suffire pour deux enfants et un adulte.
Que pouvez-vous conseiller comme mesures préventives pour se prémunir de cette maladie qui toucherait un peu plus les personnes vivant en zone rurale ?
  J’en appelle surtout à toutes les structures qui concentrent des personnes  notamment les écoles, les crèches, les internats, les garnisons, les prisons … Dès qu’on a identifié une personne  qui se gratte, il faut veiller à ce qu’elle soit traitée ainsi que ceux qui sont en contact direct avec elle. Cela nous épargnera des épidémies.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP