Samedi, 15 December 2018
Accueil quotidien mutations politique Marie de Yaoundé VI: Jacques Yoki Onana (enfin) élu

Marie de Yaoundé VI: Jacques Yoki Onana (enfin) élu

463
- Publicité -
Jacques Yoki Onana

Pour la seconde fois en deux semaines, le conseil municipal de la commune de Yaoundé VI a été réuni dans la salle des conférences du Centre national de réhabilitation des handicapés (Cnrh) au quartier Etoug-Ebe, à Yaoundé. A la différence de la réunion du 09 juin dernier, dont la convocation avait fait l’objet d’un communiqué radio-presse dûment signé par le préfet du département du Mfoundi, les 39 conseillers municipaux de la commune d’arrondissement de Yaoundé VI ont été convoqués individuellement – par téléphone – dans la soirée du jeudi 22 juin, pour un conseil électif qui devait se tenir le lendemain. Jacques Yoki Onana a toujours été candidats.

Sous un imposant dispositif de sécurité, en présence de nombreux militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le parti au pouvoir qui tient la mairie, Jacques Yoki Onana a finalement été élu avec 25 voix, contre 13 pour la maire par intérim, Esther Effa, et un bulletin nul.

Il faut dire que tout était réuni pour que le scénario du report du 09 juin dernier se reproduise. Mais la détermination du préfet, Jean Claude Tsila, à sortir de ce conseil avec un exécutif communal était toute affichée. « Il avait l’attitude de quelqu’un qui était prêt à y passer la nuit si cela était nécessaire. Il s’est montré très patient mais ferme », commente un membre de l’exécutif communal. Depuis le dernier report de l’élection, Jean Claude Tsila a été mis sous pression par sa hiérarchie, le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, qui ne s’expliquait pas que la commune n’ait pas encore de maire depuis l’élection manquée du 09 juin.

C’est donc à un peu plus de 15 h, vendredi dernier que le préfet du Mfoundi va faire son entrée dans la salle des conférences du Cnrh. Un peu plus d’une heure après l’arrivée d’Henri Eyebe Ayissi, délégué du Comité central du Rdpc pour cette élection. Jean Claude Tsila n’y restera pas longtemps. Juste le temps pour lui de rappeler qu’il est venu « pour appliquer la loi », et s’enquérir des candidatures. La maire par intérim se déclare candidate, idem pour Jacques Yoki Onana, le deuxième adjoint. Blocage et demande de suspension des travaux par Adelor Abanda, président du groupe communal Rdpc. Le préfet se retire pour que la famille Rdpc s’entende sur une candidature unique.

Les 39 membres du conseil vont dès lors suivre le « discours martial » d’Henri Eyebe Ayissi. Il leur rappelle les directives du comité central et l’importance de la discipline du parti. L’envoyé du secrétariat général du Rdpc se montre cependant prêt à faire jouer le jeu de la démocratie, au vu des dissensions observées. De retour, Jean Claude Tsila s’enquiert de nouveau de la situation : il n’y a pas d’accord.

Les deux candidatures sont enregistrées et les urnes apportées. Place au vote. Le résultat sera sans appel : Jacques Yoki Onana l’emporte avec 25 voix, Esther Effa engrange 13 voix. Un bulletin nul est enregistré. Une nouvelle suspension des travaux sera demandée pour permettre au préfet de se retirer définitivement, afin de procéder à la recomposition d’un nouvel exécutif communal. Jean Claude Tsila va sortir de la salle avec, à sa suite, Esther Effa, qui une fois dehors, va essuyer les huées des militantes du Rdpc restées à l’extérieur. Jacques Yoki Onana va alors demander une messe d’actions de grâce. Elle sera dite à la chapelle du centre Cardinal Paul Emile Leger. Il est plus de 18h.

Reconfiguration

Mais avant cela, Saint-Eloi Bidoung, l’un des adjoints, va demander que madame Effa puisse conserver son poste de premier adjoint au maire. Ce à quoi le préfet va répliquer que c’est contraire aux textes. La loi veut en effet que tout maire qui postule à un poste plus élevé démissionne au préalable. En perdant l’élection pour le poste de maire, Esther Effa perd de facto son poste d’adjoint. Par ailleurs, elle est présidente de l’Organisation des femmes du Rdpc (Ofrdpc) de Yaoundé VI . Elle devient conseillère municipale, et le principe de préemption ne s’applique plus. Ce qui a entrainé une reconfiguration totale de l’exécutif communal.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP