Lundi, 22 Juillet 2019
Accueil quotidien mutations economie Guichet unique: la dématérialisation des véhicules d’occasion revue

Guichet unique: la dématérialisation des véhicules d’occasion revue

764
- Publicité -

La réunion entre le Dg des Douanes, du Guce, de la Sgs et les opérateurs économiques a permis d’apaiser les tensions.
Par Blaise Djouokep
La procédure d’automatisation à 100% des véhicules d’occasion initiée et en vigueur au Guichet unique des opérations du commerce extérieur (Guce) depuis le 1er novembre 2018 tarde à porter ses fruits. « Depuis trois semaines, il est devenu très difficile de dédouaner les véhicules. La procédure est lente et il n’est pas facile d’obtenir les différentes pièces du dossier », déplore Tav Yuveyongeh, déclarant en douane. « Le délai de retrait des véhicules dépasse largement les 11 jours prévus par le Port et on se demande bien qui va payer le surplus du temps mis au stationnement », s’inquiète Guy Kegne, son homologue.

A cette plainte des opérateurs économiques de la place portuaire, s’ajoute la « fiche à l’attention de Mr le gouverneur de la région du Littoral » faite par le délégué régional de la Sûreté nationale du Littoral, Raymond Essogo d’après laquelle « les opérateurs et autres usagers de ces parcs entendent exprimer leur mécontentement à partir du 19 novembre (hier lundi) à travers une marche ». Afin de calmer la situation, le directeur général des douanes, Edwin Fongod, celui du Guce, les responsables de la Société générale de surveillance (Sgs) et les différents opérateurs et acteurs de la place portuaire ont tenu une réunion hier lundi, 19 novembre 2018.

D’après le Dg des Douanes, depuis le 1er novembre 2018, le Guce a décidé d’automatiser à 100% la procédure de dédouanement des véhicules d’occasion au Port de Douala. Une innovation qui est confrontée à quelques soucis techniques « qui ont empêché certains opérateurs d’effectuer convenablement leurs opérations », précise-t-il, avant d’expliquer. « Le problème se pose au niveau de l’attachement électronique des pièces jointes de la déclaration, tels que le connaissement, la carte de contribuable, les différentes copies de carte grise. Pour résoudre ces problèmes, nous avons décidé de la cohabitation des deux systèmes. Ceux qui n’ont pas de souci avec le nouveau système vont l’utiliser et ceux qui ont des soucis avec ce système de dématérialisation vont travailler comme par le passé », solutionne le Dg. Bien plus, une « task-force » a été créée pour gérer les 212 dossiers en instance. Les opérateurs économiques et importateurs de véhicules ont également été informés de ce que dès cet instant, ils pouvaient se rendre soit au Guce soit à la Sgs afin que, manuellement, ces dossiers soient traités.

De leur côté, la Sgs et le Guce ont été appelés à renforcer la sensibilisation, la formation et accompagner des opérateurs économiques pendant cette phase transitoire qui va jusqu’au 31 décembre 2018. Surtout qu’il faut que tout le monde s’arrime à ce nouveau système de dématérialisation qui sera complètement opérationnel dès le 1er janvier 2019.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP