Lundi, 18 Juin 2018
Accueil quotidien mutations politique Gouvernement Yang IV:les coulisses des installations

Gouvernement Yang IV:les coulisses des installations

147
- Publicité -

Malgré la grise mine des sortants, les nouveaux ministres ont pris fonction Le lundi 5 mars 2018.
Par Pascal Dibamou

Philemon Yang est resté fidèle à lui-même. C’est en effet au pas de course que le Premier ministre a installé hier les ministres nommés le 02 mars dernier. Il est allé très vite. Tellement vite que certains promus sont arrivés en retard lors leur propre installation. C’est le cas de Nalova Pauline Lyonga, qui remplace Massena Ngalle Bibehe au poste de ministre des Enseignements secondaires. Le chef du gouvernement a dû patienter environ 40 minutes avant de voir enfin arriver l’heureuse élue, qui entre au gouvernement pour la première fois.


Le marathon d’installation avait débuté à 8h50 au ministère de l’Administration territoriale. Paul Atanga Nji, le nouveau maître de céans, drapé d’un costume sombre, semble bizarrement dans les nuages, tellement il fuit le regard de l’assistance. Dans la salle, sont présents certains membres du gouvernement, dont le ministre délégué à la présidence en charge du Contrôle supérieur de l’Etat et les ressortissants du département de la Mezam, dans la région du Nord-Ouest.

 

Atanga Nji, par ailleurs secrétaire permanent du Conseil national de sécurité, lancera un sourire en coin au moment des accolades à son prédécesseur, René Emmanuel Sadi. Lequel officiera désormais comme ministre chargé des Missions à la présidence de la République. Ce dernier est au centre de deux cérémonies de passation de service. Puisque le ministère dont il avait la charge a été éclaté le 2 mars dernier en deux départements ministériels. Il s’agit du ministère de la Décentralisation et du Développement local, qui sera dirigé par Georges Elanga Obam, et du ministère de l’Administration territoriale.

Copains-copains
Quelques minutes après cette double-cérémonie, la caravane du Premier ministre s’est arrêtée au ministère des Finances. Là-bas, il fallait jouer des coudes et de ruse pour avoir accès à la salle de conférences. En effet, le dispositif de sécurité qui accompagne le Premier ministre filtrait les entrées. Au point de bloquer par inadvertance la personne ayant en sa possession les documents destinés à la passation de service. Si hors de la salle l’ambiance est bouillante, à l’intérieur, les personnalités triées sur le volet – directeurs généraux, hauts responsables du ministère des Finances, entre autres – ont l’air studieux-, jusqu’à l’entrée des ministres Louis Paul Motaze et Alamine Ousmane Mey.

Avant de rejoindre leurs chaises à l’estrade, ils vont au passage saluer tantôt leurs anciens collaborateurs, tantôt les nouveaux. Entre les deux ministres, l’ambiance est bon enfant. Ils se connaissent bien, pour avoir mené ensemble plusieurs missions officielles à l’étranger. Ils vont même emprunter le même véhicule pour se rendre au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, pour l’installation de l’ancien ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey. A ces deux ministres comme aux autres membres du gouvernement du 2 mars dernier, Philemon Yang instruira de faire preuve, dans l’exercice de leurs fonctions, « d’un esprit d’équipe, d’une frange collaboration, d’un dévouement et d’un loyalisme sans faille ».

Tristes départs

Dans les ministères dont les chefs de département ont été limogés, l’ambiance était morose. Par exemple au ministère des Transports, c’est un élément du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale (Gpign), arme au point, qui filtrait les entrées, au point d’être débordé. Il sera secondé par un élément du service de sécurité du Pm, identifiable de par son badge. Les couloirs de ce ministère grouillent de monde. L’ambiance contraste entre la solennité de l’événement et la tristesse qui se lit sur certains visages qui ont la mine grave. A l’exemple de celui d’Edgard Alain Mebe Ngo’o, qui semble plongé dans un univers de réflexion.

Celui-ci va même oublier de se lever lorsque Philemon Yang dira : « Monsieur Mebe Ngo’o Edgard Alain, je vous remercie pour les services rendus à la Nation en qualité de ministre des Transports et vous souhaite bonne chance dans vos futures activités ». Il ne se mettra debout qu’après un rappel à l’ordre du protocole du Pm. L’atmosphère est lourde. Accroché au mur et bien en évidence, l’indispensable photo du chef de l’Etat. Le « Prince » semble omniprésent. Ce scénario digne d’un court métrage hollywoodien va se reproduire à la lettre lors de l’installation de Gaston Paul Eloundou, qui remplace Basile Atangana Kouna au ministère de l’Eau et de l’Energie.

Ce dernier, lors des accolades avec son remplaçant, a gardé la mine serrée. De la tristesse aussi sur les visages de ses anciens collaborateurs.


Au ministère des Travaux publics, l’ancien secrétaire d’Etat Louis Max Ayina Ohandja semble serein, au moment de passer le service à son remplaçant, Armand Ndjodom. Assis aux côtés du ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, il sera stoïque pendant que le Pm prononcera son nom.

Au ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Michel Ange Angouing, l’ancien maître des lieux, va faire un chassé-croisé avec le Premier ministre. Alors qu’il emprunte les escaliers pour aller accueillir le chef du gouvernement au pied de l’immeuble, il sera contraint de rebrousser chemin au 3e étage, car Philemon Yang avait déjà emprunté l’ascenseur. Note de tristesse aussi à ce niveau. Parmi les murmures qui se font entendre dans la salle, on entend en effet un employé de la direction des ressources humaines du Minfopra lâcher : « On a perdu un homme au grand cœur ».

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP