Dimanche, 15 Juillet 2018
Accueil quotidien mutations politique Gouvernement :le ministère de la Décentralisation à pas de tortue

Gouvernement :le ministère de la Décentralisation à pas de tortue

148
- Publicité -
Obam Elanga Georges

L’absence d’organigramme plombe l’entrée véritable en activité de ce département ministériel créé il y a plus de deux mois.
Par Ludovic Amara

L’aile Est du deuxième étage du bâtiment abritant les services de l’ancien ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd), ne grouille pas particulièrement en cette fin de matinée du 08 mai. Face aux deux ascenseurs, une cage de verre et d’aluminium sert de guérite. Un jeune homme, agent en uniforme de la police nationale, trompe l’ennui en discutant de temps à autre avec quelques usagers. Sur la face de verre de la guérite qui fait face à l’escalier qui dessert ce palier, l’on peut lire en gros caractère et en gras : « ministère de la Décentralisation et du Développement local », né de l’éclatement du Minatd en deux entités distinctes ; d’un côté, l’administration du territoire et d’un autre, la décentralisation.

Une autre indication renseigne sur ce que le ministre reçoit le mardi et le jeudi entre 14 h et 16h 30. Le ministère de la Décentralisation et du Développement local – pour lequel le Premier ministre a informé il y a quelques semaines, que la forme abrégée est « Minddevel » -, occupe les bureaux de l’ancien ministre délégué à l’Administration territoriale, chargé des Collectivités territoriales décentralisées. Mais pour l’heure, son personnel ne se résume qu’au Cabinet du ministre. « Pour le moment, il n’y a que le personnel en service au sein du Cabinet du ministre ; c’est-à-dire le ministre lui-même, sa secrétaire, son garde du corps, son chauffeur et le chargé du protocole » ; ce dernier faisant également office de secrétaire particulier, renseigne un responsable en service au ministère de l’Administration territoriale (Minat). Notre source ajoute, désolée, qu’il n’y a pas encore d’activités au ministère de la Décentralisation, « parce qu’on attend encore l’organigramme ». Cependant, sur le babillard du ministère, des notes sont signées « par ordre » par le secrétaire général du… Minat.

Retard à l’allumage
En effet, le ministère de la Décentralisation et du Développement local a été créé le 02 mars dernier, à la faveur d’un réaménagement du gouvernement. Cette décision du président de la République est alors apparue comme une réponse à la crise anglophone qui perdure dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et dont l’une des causes est, selon les analystes, les lenteurs dans la mise en place effective de la décentralisation.

Paul Biya le reconnaissait d’ailleurs le 31 décembre 2017 : « [nos] concitoyens souhaitent participer davantage à la gestion de leurs affaires, notamment au niveau local. Je crois fermement à cet égard, que l’accélération de [notre] processus de décentralisation va permettre de renforcer le développement de nos régions ». Il ajou-
tait à ce propos : « J’ai dans cette optique, prescrit la mise en œuvre des mesures nécessaires pour concrétiser rapidement cette réforme majeure ». Une concrétisation venue sous la forme d’un département ministériel confié à Georges Elanga Obam, et à qui le gouvernement a affecté un budget de plus de 11 milliards Fcfa, dont plus de 07
milliards dédiés à l’investissement.

Le texte du 02 mars dernier précisait par ailleurs les missions de ce ministère, chargé de « l’élaboration, du suivi, de la mise en œuvre et de l’évaluation de la politique
du gouvernement en matière de décentralisation, ainsi que de la promotion du développement local ». Cependant en l’absence d’organigramme, impossible pour ce département ministériel d’entrer en activité. « Nous attendons que le président signe
l’organigramme, déclare un responsable du Minat. C’est ce texte qui va permettre d’affecter du personnel aux différents postes dans ce ministère ».

Curieux retard à l’allumage si l’on ajoute cette autre déclaration du chef de l’Etat qui, le 15 mars en Conseil ministériel, affirmait que la création du « Minddevel », s’inscrit dans l’optique « d’apporter une solution rapide » aux problèmes des populations à la base. Le président Paul Biya attendait alors de ce département ministériel « à brève échéance, des propositions détaillées et un chronogramme relatifs à l’accélération du processus de décentralisation en cours ». Deux mois plus loin – la décentralisation qui piétine depuis plus de 21 ans déjà -, prend encore un coup de grippe à cause des lenteurs dans la mise en place du ministère pourtant chargé de l’accélérer.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP