Samedi, 20 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations education Gce:de nombreuses absences à Bamenda

Gce:de nombreuses absences à Bamenda

329
- Publicité -
Dieunedort Kamdem est aux arrêts

Malgré tout, les épreuves écrites du Gce, des examens du secondaire, ont commencé dans la sérénité en pleine «ville morte».

Par Michel Ferdinand

Un tour le lundi 12 juin au Lycée bilingue de Ntamulung à Bamenda. Le constat fait renseigne sur les nombreux cas d’absence enregistrés lors de la première journée d’examen. Celle-ci est consacrée aux épreuves du General Certificate of Education (Gce), Ordinary et Advanced Level. A titre d’exemple, sur 173 candidats attendus au Gce A Level pour affronter l’épreuve d’Economics, 91 ont répondu à l’appel.

Même si aucune source officielle n’a voulu le confirmer,nces absences concernent également l’épreuve d’Economics au Gce O Level, où 125 candidats sur 273 ont fait acte de présence. S’agissant du Gce A Level, Technical and Commercial en Geology, 11 candidats sur 23 n’ont pas répondu présent à l’appel. Au moment où le registre d’appel affiche 6 absents sur 16 au Gce O Level dans la même matière. En Geology, 8 absences ont été pointées sur 24 candidats au départ au Gce A Level. Six autres sur neuf à l’Ordinary Level. Le centre d’examen du lycée bilingue de Ntamulung est une fusion de huit sous-centres, puisque certains établissements privés laïcs et confessionnels n’ont pas voulu s’ouvrir aux candidats.

Candidats au Gce

Au centre-ville, le lycée bilingue de Down Town à Bamenda qui englobe 16 sous-centres d’examen, devait accueillir 1428 candidats. Rien n’a filtré de ses statistiques. Reste qu’en écoutant quelques candidats, la journée du lundi 12 juin n’a pas été aussi courue qu’avant. « Nous avons commencé à 9h, parce qu’il fallait gérer une cinquantaine de candidats venus d’autres villes du Nord-Ouest, sans réelle identification.

Ce n’est qu’après de longues tractations qu’ils ont été admis à composer », indique une candidate. Les premières épreuves du Gce A et O Level se sont déroulées dans un environnement de « ville morte » comme tous les lundis à Bamenda. Raison de plus pour que de nombreux parents tiennent compagnie aux enfants sur le chemin de l’examen, afin d’éviter une quelconque agression de la part des vandales qui ont pris cette cité en otage. Ces derniers menacent en effet de brutaliser des candidats ou d’incendier des édifices publics et privés.

Dans ce climat, les forces du maintien de l’ordre ne baissent pas la garde. Policiers et gendarmes veillent au grain, aussi bien dans les principales artères qu’autour des centres d’examen. On attend de savoir comment se déroulera cet examen jusqu’au soir du 30 juin prochain.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP